Les frères Karamazov à l’Odéon | 23.10.2021

Grâce à mon CSE (et à Marie, une fois encore), je prends parfois des abonnements pour un programme dont je ne connais rien. Je ne le regrette absolument jamais.

Cette année, j’ai la chance d’être abonnée à l’Odéon, avec un premier spectacle absolument fantastique, l’adaptation du roman fleuve (1300 pages, excusez du peu) de l’illustre Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski par Sylvain Creuzevault.

Oui, la représentation dure 3h15, et cela peut sembler long. Mais que ceux qui en tirent un prétexte pour ne pas aller voir cette pièce y réfléchissent à 2 fois, car ils pourraient bien manquer l’un des tous meilleurs spectacles de l’année.

Pendant ces 3h15, on ne s’ennuie pas un instant : on reste bluffé par ce qui pourrait bien être l’équivalent théâtral du feu d’artifice.

Si l’on vous vendra la mort du père (et l’enquête qui en découle) comme sujet, on a plutôt le sentiment qu’il ne s’agit que d’un prétexte pour une explosion de critiques de la société (russe) d’hier et (mondiale) d’aujourd’hui, à travers une série de quasi-sketches tous plus irrésistibles les uns que les autres.

La mise en scène est originale, presqu’insolente, et pourtant fidèle à l’esprit du romancier. Mêlant le classique et contemporain, elle foisonne de trouvailles du début à la fin (et même avant, et même pendant l’entracte), rendant le plus bel hommage qui soit à l’auteur. C’est tellement brillant qu’on crierait bien volontiers au génie, avec des moments particulièrement savoureux, comme le dialogue de l’un des frères (Ivan) au bistrot, ou encore le monologue de l’avocat, jouissif.

Les acteurs sont tous formidables (mention spéciale pour Vladislav Galard, Dimitri exceptionnel), et cerise sur le gâteau, la musique est jouée en live.

L’Odéon était debout, les rappels ont succédé aux rappels. Après une si longue disette artistique pour cause de pandémie mondiale, l’émotion était aussi forte que palpable.

Les frères Karamazov sont à l’affiche de l’Odéon jusqu’au 13 novembre, et poursuivront leur route jusqu’à fin avril à Brive-Tulle, Montpellier, Cergy-Pontoise, Strasbourg, Annecy, La Rochelle, et même Porto.

N’y allez pas seulement, courrez-y ! Ce spectacle mérite tout simplement un triomphe.

4 réflexions sur “Les frères Karamazov à l’Odéon | 23.10.2021

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s