Sam Fender – Avec Spit of you, le 2ème album se rapproche.

Il y a des chansons qui vous touchent plus que d’autres. Celle-ci m’a cueillie dès les premières secondes.

Certes, il y a cette voix très particulière, à l’accent impossible, un peu rauque mais pas trop, juste ce qu’il faut pour se faire remarquer. Et sur ce titre, de faux airs de Ben Howard.

Mais il y a surtout, chez Sam Fender, cette économie de mots si parfaitement choisis qu’ils font mouche sans besoin d’en faire des tonnes, illustrant une humanité qui ne se dément pas.

D’abord, ce constat, en forme d’aveu, que le fichu caractère de son père pourrait bien se retrouver chez lui. Et puis, ce refrain : « I can talk to anyone / I can’t talk to you » ; une confession, en deux expressions miroir, pour exprimer la difficulté à communiquer avec celui qu’on aime.

Plus loin, un autre parallèle, avec l’image très tendre de son père embrassant sa grand-mère sur le front à sa mort, qui renvoie si bien au cycle dans lequel il prendra aussi sa part, son tour venu : « Cause one day that’ll be your forehead I’m kissing / And I’ll still look exactly like you ».

Les frissons, devant cette vulnérabilité offerte, avec une pudeur extrême, sur un sujet aussi intime qu’universel : la relation que l’on entretient avec ses parents. Les frissons, devant cette déclaration d’amour – quoi d’autre ?

Décidément, vivement ce 8 octobre (vendredi !) pour la sortie de Seventeen Going Under, un 2ème album qui s’annonce plus prometteur que jamais.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s