Mansfield.TYA – Monument ordinaire.

En 2005, je découvrais Julia et Carla sur la scène des Primeurs de Massy, à l’époque où il fallait aller chercher sa place dans une cabane en bois, et pas ailleurs.

Ce fut un coup de foudre.

Un certain nombre d’albums et de projets (Sexy Sushi, Kompromat… ) plus tard, les revoilà pour Monument ordinaire, qui fait le lien entre classique et modernité, célèbre la vie en hommage à un mort, irradie d’une lumière qui a su distinguer l’essentiel, sublime un ordinaire pourtant forcément exceptionnel.

L’album sort aujourd’hui, s’offrant enfin à nos oreilles dans son entièreté, après des semaines d’un teasing alléchant.

On y chante en français des textes à la fois légers et profonds, d’une voix dont la pureté n’a pris une ride, on y joue du violon, du theremin, un cristal, ou de l’électro, on y convoque Odezenne, FanXoa de Bérurier noir, Nietzsche, le son du sang qui coule, un peu d’italien, un peu d’allemand ou encore la poésie des Princes Japonais… C’est du Mansfield.TYA. Dans toute sa splendeur.

En bonus, il s’agit là de la première sortie du tout nouveau label WARRIORECORD, dont le nom devrait vous aiguiller quant à son fondateur.

« Sorcières d’un jour, sorcières toujours ».

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s