Dissonant Nation et son Agitato Charismatic

J’avais dit : « Nan mais m’envoie pas trop de disques, je n’ai plus le temps de chroniquer comme avant, je t’assure ». 

Elle avait insisté : « Ça va te plaire, c’est plus pour te faire plaisir, tu verras ».

Puis j’avais reçu le Agitato Charismatic des Dissonant Nation, et cessé de résister dans la minute. A l’écoute, tout m’avait plu en fait, tant cet album est un mix à peine croyable de ce dont je vous parle ici.

Les sons, d’abord, comme autant de références de qualité, du gros hommage bien appuyé à Radiohead  (magnifique Illegal Style, so Everything in it’s right place) ou This Mortal Coil (les violons de Sunday Again), aux petites touches à la The Rapture disséminées ça et là, en passant par mes bons vieux Blackpool, et même des bribes des géniaux danois de VETO (il y a tout ça dans South of France).  La bio, quant à elle, vous gratifiera de Bowie ou Lennon, Supergrass, Primal Scream ou les Dandy Warhols. Le mieux étant que tout est vrai et que l’on peut aussi y ajouter la voix, qui fait parfois tellement penser à celle de Jessie Chaton, fantastique leader du groupe Fancy et membre indispensable de General Elektriks.

Le rock ensuite, dans les guitares et dans l’esprit, qui, s’il reste bien la colonne vertébrale de la formation, s’est enrichi de machines, essentielles sur ce disque (merci au voisin marseillais Simon Henner, chanteur et guitariste de Nasser et Husbands), ou s’abandonne parfois sous la forme d’une simple ballade acoustique (Addict).

Les mélodies qui accrochent, enfin, ce qu’il faut particulièrement souligner tant ce talent là, par ailleurs si rare, transpire tout au long de l’album.

On dit « enfin », mais ça ne s’arrête pas là, puisqu’il faudrait encore mentionner des guitares aiguisées qui donnent l’impression d’une virée à toute allure sur les routes goudronnées du sud (Monte Carlo), des roulements de batterie qui emportent, des petites cloches à la LCD Soundsystem qui font bouger les doigts de pied avant d’embarquer tout le corps à sa suite, du funk, du psyché, du shoegaze, du 70’s, des 80’s et des 90’s, du rock garage et de l’électro, du super construit et du foutraque, une palette large mais toujours le meilleur de chaque style, toujours le plein de trouvailles qui captent l’oreille jusqu’à ne plus savoir où donner de la tête.

Traversant tout cela comme une fulgurance, ce qui marque le plus (et déstabilise un peu, pour le plus grand bien collectif), c’est le vent de liberté quasi punk qui rafraîchit – Mention spéciale pour le clip de Who Killed the President et sa délicieuse irrévérence, montage éclairé d’un nombre incalculable de plongées en absurdie (ne pas manquer le solo de guitare/saxo par Bill Clinton, merveilleux).

Bref, un disque aussi jouissif qu’un road trip au cours duquel on se gaverait d’expériences aussi variées qu’authentiques, se régalant à chaque nouveau kilomètre.

Foncez !

 

Agitato Charismatic, sortie le 29 septembre 2017

Concert le 30/11 au Point  Éphémère sur Paris mais aussi :

28/09/17 : Le Bouillon, Orléans
19/10/17 : Fiesta DES SUDS, Marseille
20/10/17 : Mama Festival, Paris
13/12/17 : Ninkasi, Lyon

+ 2 Showcases à Marseille
le 14/10 Fnac Centre Bourse à 15h
le 23/11 Lollipop Music Store à 19h

Pré-commande sur iTunes : https://itunes.apple.com/…/album/agitato-chari…/id1267932361

Remerciements : Estelle Ngantchou (tu me connais beaucoup trop bien en fait, c’est limite flippant <3)

 

Publicités

Une réflexion sur “Dissonant Nation et son Agitato Charismatic

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s