Lettre ouverte à José Reis Fontao / Stuck in the sound

SITSLaCigale

Cher José,

j’ai pris ma journée aujourd’hui ; cet aujourd’hui de lendemain de concert à LA CIGALE.

A vrai dire, ça fait pas mal de temps qu’on ne s’est pas croisés sur ce blog, toi et moi, il était temps de s’y retrouver.

Ce blog, toi et les « Stucks » y avez votre place depuis 10 ans, au fil de votre actu ou de la tienne, à travers des dizaines et des dizaines d’articles. Tout à l’heure j’ai tapé Stuck in the sound dans la section « Recherche » et j’ai fait défiler les pages. Et les pages. Et les pages.

Tout m’est revenu, et j’ai eu envie de rire et de pleurer aussi ; tu sais, cette fameuse « chialade » comme tu disais hier soir, ce truc qui te prend quand l’émotion est là.

Souvenirs.

Il y a eu les concerts dans ma banlieue sud, et ce rituel lorsque Quentin se jetait dans la foule sur Toy Boy à Paul Baillart. Ton geste l’appelait hier, avant que tu n’ailles chercher Jérôme qui nous a fait tant rire en se vautrant. Il y a eu les festivals où tu portais encore tes lunettes, sous les chapiteaux du 9-4 où les punks avaient foutu un tel bordel que j’avais dû rapatrier mes enfants tout au fond. L’école Centrale avec mes copines Ophé et Anaïs ( je crois qu’Ophé avait tenu le merch mais je n’en suis plus sûre). Palaiseau avec les copains photographes Nico et Chloé. Il y a eu les festivals d’été, en plein air, à Paris, et les belles premières parties, comme celle d’Eiffel au Zénith. Tous ces trucs du temps de MySpace et de Discograph, que je dragouillais par ailleurs en essayant de leur refourguer mes Blackpool. La chouette série de photos de toi et David à Rock en Seine. Sarh aux primeurs de Massy. Voir les Stucks adouber mes si chers Bigmoneymakers. Suivre la famille de la famille et adorer le cinématographique Teen Talk de Doug et Jérem. Et j’en passe.

Ces 10 ans de blog ont suivi le bordel comme on suit le feuilleton de notre temps qui passe, avec des souvenirs rendus immortels par des heures d’écritures, de dérushage photo et de mises en lignes vidéos. Avec ces mots témoins de mon coup de cœur total pour ta voix (la plus belle de l’Hexagone avec celle de Jérem, on ne le dira jamais assez) Shoegazing Kids et You! (dis-moi que Romuald et toi allez poursuivre You! !!!) ou encore Brother. Avec ces mots de la disgrâce aussi, je suppose, qui se voulaient honnêtes et qui ont été plus blessants sans doute que je ne l’aurais voulu. Je m’en suis aperçue en ne parvenant plus à tweeter sur toi et le groupe. Ça m’a blessée aussi. Et jusqu’à hier soir je suis restée fâchée je crois (j’ai laissé mon appareil photo à la maison, t’as qu’à voir).

Bref, peu importe. J’étais quand même là hier, comme quand on se frite avec son frangin mais que ça ne compte pas vraiment parce qu’on l’aime évidemment quoi qu’il arrive.  J’étais là forcément avec plein d’autres que j’aime et que vous aimez aussi. Parce qu’un concert des Stucks c’est toujours bien plus qu’un concert : une belle et joyeuse tranche de vie, avec des gens qu’on retrouve avec un plaisir énorme, fidèles au poste tout pareil. Et que depuis cette horreur du Bataclan, cette famille musicale a pris plus d’importance encore et que je n’arrête pas de penser à cet innommable « ça aurait pu être nous… ». Même s’il va bien falloir qu’on s’en remette, de cette merde.

Tout ça pour dire que ce concert était une belle fête, obligatoirement trop courte, mais une belle fête pour tout ceux qui vous aiment depuis hier ou depuis toujours. On a transpiré tu sais, à danser et sauter partout. On en a vu qui se sont paluché grave, aussi. Moi, je crois que j’ai failli pleurer dès le début, dès que tu as levé ta guitare sur Ouais en fait. C’est comme si toutes ces années de concert s’étaient superposées en une seule : l’image de toi sur scène par excellence. Ça m’a prise à la gorge sans que je m’y attende, comme si tout remontait d’un coup. J’étais super émue. Je suis sûre que je n’étais pas la seule dans cette Cigale où tout le monde m’a semblé lever les bras quand tu as demandé qui était là en 2012. Si si, la famille. J’ai même chanté les « ouhouhouhouh » de Tender, c’est dire. Et si cette fois je n’ai pas chroniqué l’album (je crois que je n’oserai plus), il faut que tu saches que vous avez bien fait d’assumer car tout le monde l’aime, que la scène lui va bien et que l’enchaînement pop Lady Of The Night / Miracle était parfait avec ses accents eighties irrésistibles – Dieu Genesis priez pour nous. Je ne sais pas ce que vous pouviez voir depuis la scène, mais la salle n’a pas arrêté de se déhancher en rythme, comme les lettres de Stuck In The Sound suspendues derrière vous (merci Gaëlle pour ta vidéo). Ah oui aussi : Opening m’a ramenée direct à mon année aux US en 1986. Et j’ai adoré Eyes like Ice ! Autant te dire : si c’était un vrai pied de revoir ta capuche avec Manu, François et Arno, le synthé est largement validé : WELCOME ! C’est si bon, un concert qui donne autant la banane…

Ça peut être chiant d’écrire quand on n’est pas attaché de presse. Je veux continuer à dire ce que je pense sincèrement, même si avec vous c’est parfois les montagnes russes, je sais. Je suis un peu tête de con (donc je déteste toujours Bandruptcy ahhhhh !), mais dans le fond je suis avec vous à 300% ; vous êtes dans mon cœur depuis trop longtemps pour que ça change.

Allez, à demain à Massy !

Et aussi…  PUTAIN, DEBLOQUE-MOI !!!!

Vidéo by Gaëlle aka lilangelll

Set List SITS La Cigale | 05.04.2016 (Merci Sylvain !)

Set List by Yannick

PS : Kova ma belle, quand tu auras colorisé ton dessin, en voilà un qui me ferait un plaisir infini…

Publicités

Une réflexion sur “Lettre ouverte à José Reis Fontao / Stuck in the sound

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s