Découvrez HALO MAUD (que vous connaissez déjà)

Myra Lee @ Rock en Seine 2011 (c) Isatagada

Myra Lee @ Rock en Seine 2011 (c) Isatagada

Il y a quatre ans, je suis tombée raide dingue de la voix et des compos exceptionnelles de Myra Lee.

Alors depuis quatre ans, j’attends sagement un successeur à son EP sublimissime, tellement haut-dessus de la mêlée, que je n’avais pas voulu croire que cette artiste qui m’avait tellement impressionnée pouvait être française.

Tout avait commencé à l’occasion de l’édition 2011 de Rock en Seine. J’avais concocté 3 playlists pour mieux m’y préparer, une pour chaque journée de festival, avec la ferme intention de les écouter en boucle afin de m’aider à mieux choisir mes concerts et ne pas passer à côté de l’artiste qui me ferait vibrer.

C’était une belle programmation cette année là : les Arctic Monkeys, Interpol, Death in Vegas, Foo Fighters, I Love My Neighbours, The Kills, General Elektriks, Miles Kane, Lily Wood and The Prick, Keren Ann, Archive, Trentmoller, The Horrors, François & The Altlas Moutains et j’en passe. Et puis elle.

C’est dire comme les playlists étaient belles. Et comme la valeur de cette voix, celle d’une certaine Myra Lee, était grande pour s’être distinguée entre toutes ces voix et parmi toutes ces chansons là.

J’avais donc acheté l’EP, était retournée la voir, en avait profité pour découvrir Thousand, avait attendu. Et attendu encore. En attendant, avait envoyé de petits messages. Oh pas beaucoup, peut-être un par an, à peine davantage. Histoire de dire que j’étais impatiente pour la suite. Histoire de dire que je n’oubliais pas.

Elle répondit merci, que ça viendrait, que bientôt…

Mais rien.

Ou en tout cas, c’est ce que je pensais.

Jusqu’à ce que par hasard, il y a quelques jours, je tombe sur ça :

Premier choc, tant Maud Nadal était pour moi Myra Lee (et, allez, les chœurs de Thousand aussi) et pas Halo Maud. Comment avais-je pu manquer cette étape, moi qui l’avait tant espérée durant ces quatre ans ?

Deuxième choc, alors que je le découvrais par la même occasion : comment avais-je pu ne pas m’apercevoir que Maud avait été aussi dans Moodoïd dont on m’avait dit tant de mal et sur lequel j’avais bien eu des difficultés à me faire une opinion moi-même ? (on la voit sur http://tracks.arte.tv/fr/moodoid-mais-pas-mou-du-genou#)

Je suis parfois tellement, tellement à coté de la plaque …

Bon retour dans nos oreilles chère Maud, c’est toujours très beau, onirique, magique et infiniment touchant ce que tu fais.

Surtout promets que ce n’est pas une fin mais un début ! Surtout n’arrête jamais !

 

Relire : https://isatagada.wordpress.com/2012/02/09/myra-lee-thousand-linternational/

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s