Découverte : Enosense

ENOSENSE ep

Avec Nico d’Enosense, tout a commencé de façon encore inédite. C’était il y a deux ans, en backstage du Festival Fnac Live. Présentés par un ami commun qui n’était pas resté avec nous, nous nous étions retrouvés à commenter tous les concerts pendant des heures qui avaient semblé filer comme des minutes. On n’avait pas toujours été tendre, lui surtout, qui semblait ne rien aimer au point que c’en était devenu comique ; mais on s’était bien amusés. Etrange comme on peut se retrouver dans une relation naturelle avec un inconnu, comme ça, sans prévenir ; comme si on se connaissait depuis des lustres. Alors que pas du tout, puisque lorsque l’ami commun était revenu, ça avait été pour m’annoncer que je ne connaissais tellement rien de l’ami Nico en question qu’il avait un groupe aussi, un groupe de pop rock au sein duquel il était l’auteur, le compositeur et l’interprète. Ahah mon gaillard, et comme ça tu ne me dis rien ? Nous voilà donc en train de discuter de son projet, quand tout à coup il me sort :
« Il parait que ma voix ressemble un peu à celle de Bono »
Franche rigolade de ma part, alors que je mets le disque dans mon sac, son premier album Erase & Rewind. La voix de Bono, sérieusement ? Ça va, les chevilles, tout ça ? Le type ne manque pas de culot ! Surtout après tout ce qu’il a balancé dans la soirée, il y a intérêt à y avoir du niveau, et je le préviens :
« Si ce n’est pas le cas je ne vais pas te rater !!! »
Je rentre donc chez moi, assez curieuse de voir ce que tout ça va bien pouvoir donner, dans un état d’esprit plutôt dubitatif. Power on sur la platine CD, bouton play, et c’est parti. Dès les premières notes, la chanson titre Erase & Rewind me cloue le bec direct. Je ne m’attendais pas du tout à une production de cette qualité, ni à cette voix, rauque juste ce qu’il faut, très belle, très Bono.
« La vache, le mec avait raison ! »
Au fil des morceaux, le côté U2 s’accentue. Pas seulement la voix, mais aussi la guitare, estampillée The Edge au possible. En fait j’adore ! Le morceau Trouble Maker est mon préféré. J’aime l’intro, à la fois dynamique et nostalgique, empreinte d’émotion sans un gramme de guimauve, cette sorte de romantisme rock, la mélodie, la phrase de guitare à la fois simple et addictive, les riffs de cette même guitare, et le pont, sur lequel la voix est carrément magnifique. Au fil des écoutes je me lasse de la batterie (trop forte dans le mix, trop binaire) mais pas des chansons, qui racontent chacune une histoire. Le style est sans doute un peu daté pour certains, mais pour ceux qui aiment U2, ça ne peut que causer bien fort dans l’oreille. En fait je suis bluffée, carrément bluffée.

L’étape suivante : voir ce que tout ça pourrait bien donner en live. Chose faite depuis peu, dans des conditions pas hyper favorables (une scène montée à l’intérieur d’un magasin de sport dans Bercy Village), mais peu importe. L’essentiel était là, largement suffisant pour se rendre compte que la guitare et la voix étaient tout aussi impressionnantes en live qu’en studio.
De quoi se prendre à râler encore contre les maisons de disques et le système entier, qui devraient sauter sur ce genre de talent pour lui offrit l’environnement professionnel qu’il mériterait tellement.
En attendant cet heureux jour, on ne saurait trop vous encourager à écouter Enosense à votre tour. Le timing est assez parfait finalement, puisqu’un EP 4 titres Between The Lines vient justement de sortir. Le virage est net depuis l’album, avec des rythmes bien plus rapides cette fois, même si c’est encore la ballade Bitter Lips (d’autres votent pour Paranoïa ; je vous laisse juge) qui se démarque, avec toujours ce même couple gagnant chant / guitare électrique.  La batterie, en outre est plus en arrière dans le mix (bien vu !) tandis que l’impression d’ensemble tend cette fois plutôt vers Two Doors Cinema Club. Du coup on n’est pas franchement surpris d’apprendre que pour le mastering, Enosense et TDCC ont en commun le grand Mike Marsh. Un peu la classe…

Je vous laisse vous faire votre idée !

https://www.facebook.com/pages/enosense/20779919551

http://www.deezer.com/artist/341523

Crédit photo pochette EP : Ben Callens (merci pour les présentations !)

Relire le réçit du Fnac Live 2013 ICI (je promettais de vous parler d’Enosense)

Publicités

2 réflexions sur “Découverte : Enosense

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s