Scott Matthews @ le Divan du Monde | 10.12.2014

Scott Matthews @ le Divan du Monde 2014

Certains artistes majeurs restent mystérieusement sous-estimés, pour ne pas dire inconnus. De façon tout à fait incompréhensible, c’est le cas, depuis des années, du génial Scott Matthews.

Pourtant, l’homme est doté d’une voix exceptionnelle qui évoque tour à tour Jeff Buckley, Nick Drake ou Elliott Smith, et compte parmi des influences Bob Dylan, Nick Drake, Joni Mitchell ou encore The Smiths.

Scott Matthews @ le Divan du Monde 2014A l’inverse du grand public, certains artistes savent heureusement reconnaître leurs pairs. Ainsi  Robert Plant, qui l’avait accompagné sur son formidable album Elsewhere sur le titre 12 Harps, et dont il avait fait la première partie au Grand Rex il y a quelques années de cela. Ou encore Rufus Wainwright pour lequel il ouvrit également, et grâce auquel je le découvris.

Sur scène, quelques secondes suffisent pour se rendre compte de son envergure. Il est de ceux qui convainquent immédiatement et laissent le spectateur suspendu à ses lèvres comme à ses accords de guitare. Des guitares qu’il aime au point d’en jouer toujours quatre ou cinq différentes, dont une douze cordes qu’il fait chanter de façon magistrale – et ça c’est la CLASSE !

Les ballades de Scott Matthews redonnent ses lettres de noblesses à la folk, mêlant paroles qui prennent aux tripes et grandeur sobre des sentiments – un cocktail bien rare. Que la pudeur et la noblesse de cette musique là sont saisissantes ! Que cette façon d’habiter ses chansons est belle !

Scott Matthews @ le Divan du Monde 2014
Les contrastes ne sont pas absents pour autant. Par exemple, lorsque l’harmonica intervient, ou que des sonorités plus orientales s’invitent à la fête. Scott Matthews @ le Divan du Monde 2014Ou encore lorsque le musicien prend la parole, visiblement sur scène comme chez lui, incroyablement plus à l’aise que son apparente sagesse n’aurait pu le laisser supposer. Sans compter qu’il a de l’humour ou n’hésite jamais à faire monter à ses côtés un amateur de Djembe pour l’accompagner (« drum solo ! »), transformant chacune de ses performance en rencontre qui marque forcément.

Après Passing Stranger et Elsewhere (chez Island Records), puis What the Night Delivers (chez San Remo Records) Scott Matthews vient de sortir un quatrième album, Home, part 1, qu’on ne peut que vous inciter à découvrir… et à acheter !

 

En attendant, je vous laisse avec mes vidéos souvenir de ce concert au Divan du Monde, en commençant par Outsiders, ma préférée de ce nouvel album.

Retrouvez toutes mes photos du concert sur le Flick’r d’Isatagada

D’autres articles sur Scott Matthews sur le blog :

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s