Ce dernier soir d’Etienne Daho @ l’Olympia | 06.11.2014

Etienne Daho @ Olympia 2014

Etienne Daho @ Olympia 2014Je me souviens, il y a un an. L’album reporté. Puis la tournée. Et ce sentiment étrange, même si ça peut paraître idiot, d’avoir eu peur. Parfois tout peut être tellement absurde, parfois on accumule tellement de rendez-vous manqués, de choses que l’on reporte et à côté desquelles on passe pendant tant d’années que ça en devient presque une vie. Et parfois, quand on finit enfin par découvrir réellement quelque chose (ou plutôt ici : quelqu’un), cette vie qui est parfois tellement mal faite semble prendre un malin plaisir à vous la retirer très vite. Comme par un fait exprès. Comme pour vous punir, un peu.

J’ai attendu 35 ans avant de découvrir Etienne Daho sur scène. Un peu traînée au départ par mon amie Marie (voir absolument son blog ICI), Etienne Daho @ Olympia 2014je ne sais pas comment je pourrais la remercier aujourd’hui d’avoir insisté. C’était en 2006, au festival des Inrocks, et déjà JD Beauvallet m’avait mise sur la voie en disant : « Tout ça est une histoire de fidélité : Daho aurait pu remplir le Zénith, il a tenu à faire le festival des Inrocks ».

En sortant du concert, j’étais encore sous le coup de l’émerveillement et j’écrivais ce que je pourrais écrire encore aujourd’hui, sans changer une virgule (sauf peut-être pour reparler de J. Soligny sur Duel au Soleil, évidemment) :

Alors voilà, j’ai eu cette chance là. De voir Monsieur Etienne Daho. Grâce à Marie. Alors que j’y allais surtout pour une être une bonne copine, rapport à ce que je racontais au début, je peux le dire maintenant ?! Et parce qu’il a vraiment été une excellente surprise, avec sa séduction de danseur classieux, sa tronche de bonhomme ému comme avant, jamais habitué, heureux d’être là avec les gens visiblement venus pour lui, exclusivement ou presque. Parce que je me suis rendue compte également que je connaissais tout l’album Pop-Satori par cœur, de Tombé pour la France (bien sûr) à Duel au Soleil en passant par Pari Le Flore, Epaule Tatoo, Demain mieux que moi, jusqu’à sa chanson dans son château hanté (j’adore !) enfin toutes je vous dis ! Absolument toutes !!! Et sans avoir l’album à la maison ! (j’ai vérifié, je n’ai que Paris ailleurs). Parce qu’on dira ce qu’on voudra, sur les chanteurs à voix et les chanteurs tout court, je dis tant pis, et merde. A moi, ne me plaisent que ces moments là, ceux où il se passe quelque chose, ceux où l’on est ému, ceux où l’on partage, avec l’artiste, avec les gens dans la salle, avec les deux dans l’idéal.

Etienne Daho @ Olympia 2014

Etienne Daho @ Olympia 2014Plus tard (en 2008) je l’avais revu sur sa tournée après la sortie de L’invitation, à l’Olympia. Je n’avais pas écrit une ligne alors, pas pris une photo ou une vidéo – ou peut-être, mais je n’en retrouve pas la trace. Et pourtant. Pourtant j’ai encore des souvenirs éblouis de cette soirée. D’avoir dansé du début à la fin. De lui avoir trouvé une voix extraordinaire en me disant en mon fort intérieur, comme si j’étais l’avocate de la défense : « mais bien sûr ; comme si un artiste pouvait durer à ce point sans que cela soit justifié ! ». D’avoir ressenti un vrai joli bonheur. D’avoir terminé l’année par ce bilan sans appel, que je répète à l’envie depuis à tous ceux qui l’entendent pour la x-millionième fois, que ce concert avait été le MEILLEUR de mon année 2008 – oui, largement devant Radiohead à Bercy et Radiohead à Nîmes. D’avoir encore cette image de lui, sur Boulevard des Capucines et ce moment inoubliable, lorsqu’il s’est retourné, submergé par l’émotion. Et son extrême pudeur. Avec le ventre qui se contracte encore à cette seule évocation. Et cet attachement qui s’était fait, cette fois pour de bon.

Etienne Daho @ Olympia 2014Et puis c’est tout. Deux fois seulement. Avec cette troisième fois en perspective.

Je l’avoue, j’ai pensé : et s’il n’y avait pas de troisième fois ?

Je n’ai pas dû être la seule, à en croire le tonnerre d’applaudissements qui a surgi au premier tout petit espace laissé par l’artiste. Pas le genre d’applaudissements auquel on est habitués pour un début de set, non. Peut-être même que certains aimeraient recevoir ce genre d’ovation à la fin de leur concert ! Mais voilà, Etienne Daho a manqué à son public, certes, mais Etienne Daho, surtout, a une relation particulière avec ce public là. Il suffit d’aller se promener sur sa page Facebook pour s’en rendre compte, Etienne Daho @ Olympia 2014y lire date après date, son propre carnet de tournée, et les réactions de ses lecteurs ; laisser l’être humain transparaître derrière les mots.

Il faut dire qu’Etienne Daho a le chic pour trouver les mots justes,  l’attitude parfaite, sur scène ou dans la vie. L’homme sait remercier, toucher sans jamais en faire trop, ouvrir grand les bras, avoir un regard, un geste presque pour chacun, se déhancher de la façon la plus sensuelle qui soit, tisser un lien quasiment palpable entre lui et ceux venus l’applaudir chaque soir, séduire de sa voix caressante et douce, briller comme sans faire exprès, irradier de l’intérieur. Et tout ça, avec une simplicité déconcertante, une humilité confondante.

La classe incarnée. Pour un concert pas loin d’être inoubliable. Un de plus. Et pas moins de quatre rappels. Rien que ça.

See you, Monsieur Etienne Daho. Merci pour tout.

 Photos et Vidéos (c) Isatagada.

Toute la galerie photo sur le Flick’r

Publicités

2 réflexions sur “Ce dernier soir d’Etienne Daho @ l’Olympia | 06.11.2014

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s