Rock en Seine jour 2 : The Horrors, Portishead, Frànçois & The Atlas Mountains, Cheveu, etc…

Z1080862

En route pour Rock en Seine jour 2, sous le soleil svp, et à la cool. A la très cool même, en tombant dès l’entrée sur Matthieu, le super manager des Bigmoneymakers et de Le Vasco, en train de distribuer ses flyers pour le festival Aoutside qui a lieu tous les ans à Palaiseau et dont il est le co foundeur.  On en profite pour papoter, papoter, et papoter encore. Je sais que je l’ai déjà dit  (par exemple ICI), mais franchement j’adore Matthieu qui se défonce depuis le lycée pour promouvoir les talents de notre chère banlieue sud. Voilà un type à la fois brillant (mention très bien au bac ES, Sciences Po Paris) et humainement exceptionnel ; ce n’est pas si fréquent.

Junip @ Rock en Seine 2014

On commence par les suédois de Junip que l’on trouve à la fois très bons mais pas franchement accrocheurs pour un festival. Si leur folk mélodique autant que recherchée aligne les morceaux inspirés (voir le titre Line of Fire sur ma chaîne Youtube, qui les a fait connaître à travers la série Breaking Bad), le jeu scénique peine à maintenir l’attention. C’est néanmoins un groupe à réécouter au calme dans son salon, sans aucun doute.

ALB @ Rock en Seine 2014

On fonce vers l’Industrie et ALB dont on attend beaucoup. Parmi les groupes écoutés pour préparer cette édition, les français ont su nous séduire et on est impatients de les voir à l’oeuvre. Grosse déception cependant, et tellement désolée pour les aficionados (ils en ont beaucoup) mais quel horrible accent !!! Malheureusement, l’alignement des « someFing » & co m’a cassé tout le trip bien que l’album en vaille la peine, je reconnais. Dommage.

Thee Oh Sees @ Rock en Seine 2014

Thee Oh Sees @ Rock en Seine 2014Nous voilà repartis de l’autre côté pour Thee Of Sees, où l’occasion de dire à quel point cette scène de la Cascade est détestable. Bien souvent sous-calibrée, le moindre groupe suscitant un minimum de curiosité la rend infréquentable. Cette fois encore il y avait trop de monde, on n’y voyait pas grand chose, et le son saturé ne donnait qu’une envie : partir.  Alors que sur la scène, le groupe de son côté donnait tout avec son énergie de malade, cela n’a pas suffit pas à me faire apprécier le concert. Dégoûtée.

Cheveu @ Rock en Seine 2014

Cheveu. Ahhhhhhhhhh Cheveu. Que dire tant ce mec est un extra terrestre, border line, fascinant. Ce qu’il fait est unique (si j’étais d’aujourd’hui je dirais « frais », mais…) et je reste incrédule à chaque fois. Une bête de scène, le regard déterminé d’une rare intensité, qui se retrouve encore dans toute sa façon d’occuper la scène et d’interpeller sans cesse le public. Comme souvent chez les belges, il y a une vraie singularité chez Cheveu, avec des titres certes originaux mais surtout intrigants. Forcément on ne comprend pas tout. Mais on reste bloqué devant. Et admiratif.

Portishead @ Rock en Seine 2014

Portishead mon Dieu. Cette femme est touchée par la grâce. L’émotion sublime de cette voix. Cette émotion à elle quand elle remercie en français. Et ces titres qui emportent si loin et prennent aux tripes… Un pur moment de beauté. Comme si tout cela nous dépassait complètement.

François & The Atlas Moutains @ Rock en Seine 2014

Flume j’avais vraiment l’intention d’y aller. Mais on est passés devant et pfuittttt, on a continué vers les François and The Atlas Mountains comme attirés par une force supérieure. Ceux qui les avait découverts ici et jamais revus depuis ont dû se prendre une belle claque. Set de folie, tous les morceaux sont réorchestrés, les délires sont là, la danse, les sourires, le rythme, la générosité mais quel gros BONHEUR de les voir chaque fois. Je les aime tous mais j’ai désormais mes préférés : Amaury aux percus qui joue pieds nus et clochettes aux chevilles et Gérard au synthé dont je trouve la voix absolument magnifique. Longue vie à eux.

The Horrors @ Rock en Seine 2014

The Horrors et moi ne cherchez pas, c’est l’amour fou. C’est sans doute mon côté ado perturbée pas passé mais je me fonds dans chacun de ses morceaux il n’y a rien à faire. Je ne pense plus à rien je danse et je ressens tout jusque dans mon ventre ça me bouleverse c’est con hein ? Quant à la voix à la David Bowie qui tue tout ce qui aurait pu encore rester à tuer… Que dire de plus ? J’ai déjà envie d’y retourner.

St. Vincent @ Rock en Seine 2014

Il reste encore du temps pour aller voir la fin de St Vincent à Pression Live. Même si je connais pas mal de monde prêt à m’entretenir sans répit de la classe absolue de la jeune femme, j’avoue rester à la porte de son set qui parle à mon sens beaucoup trop à l’intellect qu’à mes oreilles ou à mon cœur. Il faudra que je réécoute : après The Horrors j’ai eu aussi un peu de mal à m’investir dans le concert.

P1090011
A part ça… Le cousin Marco qui bosse à la régie grande scène et qui nous offre deux chaises de jardin pour regarder Portishead dans des conditions rêvées (énorme !!!!), les copains photographes croisés à l’Industrie (coeur +++), le sardine-chéri en guest surprise, le tee-shirt Rufus Orange pour un dress code que je suis toute seule à respecter (et ma Clarisse d’un air désolé  : « Euh maman Rufus c’est pas trop rock quand même »), les textos qui ne passent toujours pas, l’assiette saucisse aligot à tomber par terre, la scène Pression Live décidément la plus agréable (j’aurais mieux fait d’aller voir Clean Bandit plutôt que de m’écraser avec la foule sur Thee Of Sees franchement), les copains-copines qu’on arrive à retrouver par miracle et ceux qu’on ne retrouvera jamais, et la deuxième batterie de l’appareil photo qui rend l’âme au quasi début de The Horrors pour ne rien laisser s’immiscer entre le concert et toi. La vie est bien faite et le bilan de cette seconde journée est plus qu’enthousiaste !

Photos et vidéos ©isatagada (accès aux galeries complètes en cliquant sur les photos de chaque groupe)

Publicités

4 réflexions sur “Rock en Seine jour 2 : The Horrors, Portishead, Frànçois & The Atlas Mountains, Cheveu, etc…

  1. Oui on avait beaucoup aimé Thee Oh Sees à l’écoute avant le festival aussi, c’est pourquoi c’étant d’autant plus frustrant !
    Je me souviens de Prodigy en 2009, qui nous avait découragés au bout d’une demi-heure de hurlements et de « Fuck » presque ininterrompus, ponctuant un set d’électro rappée carrément agressive. (c’est ce que j’avais écrit là : https://isatagada.wordpress.com/2009/09/10/rock-en-seine-2009-jour-3/)
    Mais tu vois, Portishead on est 100% d’accord 🙂 C’est dommage qu’ils ne fassent rien de nouveau, mais quand on ne les a jamais vus comme c’était notre cas c’est tout de même un grand moment 🙂 Et ils ont de ces titres…
    Merci d’être repassé par ici !!!

    J'aime

  2. On n’était pas au même festival manifestement… Réécoute le concert de Thee of Sees sur CultureBox et tu verras que le son colle assez à ce que veut faire le groupe, et d’ailleurs, je trouve ça pas mal du tout.
    Portisehad : oui, bien, joli concert. Une pote qui les voyait pour la 3ème fois m’a dit qu’ils avaient fait le même concert les deux fois d’avant alors que ces concerts datent…
    Cheveu : pas emballé, et le reste, pas vu les mêmes choses que toi… Ben oui, sur la grancd scène à Prodigy, évidemment !!!!!!!

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s