Angus & Julia Stone : un album avec une âme

angusjuliastone2

Personne ne s’attendait au retour d’Angus et Julia Stone après leur séparation en 2010. Eux les premiers. Voilà pourtant le frère et la sœur à nouveau réunis pour ce qui est incontestablement leur meilleur album à ce jour.

Malgré le succès de Down the Way, le dernier album commun d’Angus et Julia Stone (des prix, de la synchro cinéma dont les Twilights, plus de 150 000 ventes en France), chez Discordance nous lui avions trouvé un certain manque de supplément d’âme. Le frère et la sœur en conviennent aujourd’hui volontiers en interview, reconnaissant qu’à l’époque ils écrivaient séparément et n’avaient pas collaboré par envie, mais juste parce que ça c’était fait comme ça… Pas qu’on les y avait forcés, curieusement… mais pas comme si cela avait été un choix non plus.

Après cet album, c’est donc très naturellement que les Australiens s’étaient lancés chacun dans leurs projets solo ; comme un soulagement.

Julia avait dégainé la première, pour un résultat sympathique, mais sans plus, ponctué d’un estimable autant qu’oubliable duo avec Benjamin Biolay. À ce stade, la production familiale semblait décidément avoir été surestimée, et l’on n’était pas loin d’avoir définitivement classé (verticalement) la famille dans la catégorie « nième folkeux aussi branchouilles qu’ennuyeux ».

Puis le projet solo du frangin, et tout changea. Car Dieu quelle tuerie que cet album là, avec l’incroyable subtilité de ses arrangements, ses harmonies classieuses et son songwriting d’exception qui n’éclatait paradoxalement au grand jour qu’enfin détaché de toute collaboration avec sa sœur. Quel bonheur que ce violon de ballade irlandaise joyeux ici, ce rock bluesy un peu crade entre Iggy Pop et The Kills là, cette couleur sud-américaine un peu plus loin ou encore, ces claviers à la Doors, cette réminiscence d’un Dylan… Un disque affolant, comme un feu d’artifice au cours duquel on ne saurait plus où donner de la tête ; un disque à écouter encore et encore, intemporel, immortel, d’une extrême finesse et par-dessus tout, lumineux. Cette claque ! Ce coup de foudre !

angusjuliastoneQu’un album aussi enthousiasmant puisse trouver un successeur à sa mesure, voilà qui était hautement improbable. Et pourtant. Réunis par le producteur Rick Rubin (Johnny Cash, Beastie Boys, Gossip, AC/DC…), le frère et la sœur qui ne s’étaient pas quittés si bons amis ont réussi le double tour de force de se trouver réellement et d’écrire véritablement ensemble ; en fait, pour la première fois. D’accord pour tout arrêter si jamais la sincérité n’était pas au rendez-vous, Julia et Angus, progressivement, se sont apprivoisés, ont reconstruit leur relation, tant sur le plan artistique que personnel ; ont appris, peut-être, à s’aimer.

Le résultat, cet album éponyme et tout aussi réussi que le Broken Brights d’Angus Stone, aussi serein sans doute, bien que plus rythmé et plus électrique. Un album un peu magique, faiseur d’apaisement, aux morceaux touchés par la grâce : Grizzly Bear et sa légèreté pop, Death Defying Acts au détour duquel on surprend des accents d’Aimée Man chez Julia, Wherever you are et son extrême sensation de bien-être et puis, par-dessus tous les autres, le duo Heart beats slow.

Heart beats slow et ses mots (“I’m gonna miss you […] and all the things we should have done” / “For my heart beats slow… and we move so fast”) qui, même sensés raconter toute autre chose, décrivent si parfaitement ce à côté de quoi ils avaient failli passer. Heart beats slow, qui résume à elle seule cette histoire de vie, presque un conte de fées moderne qui finirait bien, avec cette aventure humaine qui serre le ventre d’une émotion inattendue, pour donner à l’ensemble de ce disque inspiré une autre dimension.

Et ce supplément d’âme qui nous avait justement manqué.

“Well I wish you… I wish you best. Well I wish you, I wish you well.”

C’est tout ce qu’on leur souhaite.

.

Article publié chez Discordance

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s