Foals @ Olympia | 25.03.2013 (le flop)

Foals @ Olympia 2013

Des mois que je l’attendais ce concert là, manquant avec une régularité de métronome toutes les mises en ligne de tous les concerts parisiens du groupe, lors desquelles les billets se vendaient en quelques petites minutes à peine, me laissant exaspérée, frustrée et triste, en fait.

Foals @ Olympia 2013Par miracle, j’étais sur Twitter au moment où @alias_prod annonçait une remise en vente de quelques places pour l’Olympia. Alléluia, j’étais l’heureuse propriétaire du précieux sésame qui allait me permettre de revoir les Foals découverts à Rock en Seine en 2010, après avoir manqué un Point FMR et surtout une Maroquinerie dont les retours auraient pâlir d’envie n’importe qui.

Et puis. Le jour j. Et puis. Mon Dieu. Cette déception.

J’étais bien pourtant. En milieu de fosse, de côté, assez bien placée pour bien voir et être dans l’ambiance (et avoir chaud, TRES chaud). Alors quoi ?

Foals @ Olympia 2013D’abord, s’ennuyer à mourir pendant toute la première partie du concert. Outre un My number qui déboule bien trop tôt dans la setlist, les intros sont mollassonnes et semblent ne jamais tenir aucune promesse. Mais c’est la voix, surtout, qui est fatiguée, tellement fatiguée que sa fausseté me fait faire des grimaces à répétition. J’adore les albums, j’ai mal pour le chanteur, je pense qu’ils tournent trop, qu’ils s’épuisent, qu’ils se vident.

Malgré une évidente bonne volonté, les catastrophes s’enchaînent. Late night, mon morceau préféré du nouvel album, commence plutôt bien jusqu’à un calamiteux « stay » à s’en boucher les oreilles tant il fait mal à entendre. Spanish Sahara, sur lequel j’allais soi-disant « forcément pleurer comme tout le monde » est non seulement hyper faux, mais son crescendo est carrément inexistant dans cette si belle salle qu’est l’Olympia ; Foals @ Olympia 2013le truc manque totalement d’intensité et on espère vainement l’explosion, jusqu’au bout, un peu surpris d’être aussi déçu malgré l’attente (« Ah, mais c’est fini, là ? »).

Après My Number joué trop tôt, c’est au tour d’Inhaler d’être joué bien trop tard, après un Moon dispensable interprété à deux, inodore, incolore et sans saveur. Quelle erreur de placer cet Inhaler rageur  seulement en rappel. Et quelle ultime déception que cette voix, fausse au possible, écrasant en balance ce qui aurait dû être la grosse guitare un peu métaleuse du titre : un massacre du début à la fin.

Foals @ Olympia 2013Alors ok, les finals sur Electric bloom, puis pour le rappel sur Two Steps, Twice étaient furieux et énergiques. Ok, sur Providence Yannis est monté sur une enceinte avant de se jeter dans le public avec sa guitare, comme il a slamé à plusieurs reprises sur la foule, pour conjurer un peu tout le reste certainement. Ok, les lumières étaient impressionnantes, certainement les meilleures que j’ai vues depuis Sufjan Stevens en 2011, avec un show laser de toute beauté qui devenait franchement féérique lorsque les fumées s’y mêlaient.

Mais comme j’ai été déçue de ce concert, et comme j’ai regretté cette belle tension ressentie à Rock en Seine, ces émotions brutes, cette façon de jouer et d’être du groupe, alors véritablement aiguisé.

Pour cette presta des Foals à l’Olympia, tout au contraire, j’ai eu un chanteur qui chantait faux, des titres qui n’allaient nulle part, une formation usée par la route et le succès, et un concert où l’ennui a dominé de bout en bout, au point qu’après avoir baillé la première partie du set, je me suis retenue pour ne pas partir avant la fin.

Immense déception donc.

Je leur souhaite de se remettre d’ici à leur Zénith, le 12 novembre prochain. Sincèrement.

Foals @ Olympia 2013

Setlist : Prelude / Balloons / Olympic Airways / My Number / Out of the Woods / Miami / Milk & Black Spiders / Blue Blood / Late Night / Providence / Spanish Sahara / Red Socks Pugie / Electric Bloom // Moon / Inhaler / Two Steps, Twice

Photos sur le Flick’r d’Isatagada

Six titres sur la playlist ci-après, by Isatagada

En première partie, la techno des Jagwar Ma qui sautaient partout m’a laissé une grosse impression d’amateurisme, mais bon … ce titre là au moins n’était pas mauvais du tout.

A lire aussi sur le blog : Les Foals à Rock en Seine 2010

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s