Myra Lee (+ Thousand) @ l'International | 01.02.2012

Myra Lee @ Rock en Seine
Olivier MARGUERIT / MYRA LEE @ Rock en Seine 2011 (c) Isatagada

 

Ce furent par les mots de Xavier « Lee » postés sur son Facebook que Maud Nadal, alias Myra Lee, me convainquit tout à fait de ressortir de mon home sweet home de (far far away) banlieue par -3° celsius un soir de semaine.

Les mots disaient :

« Ami, il ne sera pas question de Lana Del Rey dans ce statut mais de Myra Lee qui joue ce soir à l’International, c’est dès 21h. Si tu veux savoir si c’est mieux que Lana Del Rey tu viens. Si tu sais déjà si c’est mieux que Lana Del Rey tu viens. Si tu en as plein le dos des gens qui parlent de Lana Del Rey & que tu préfères parler de Myra Lee tu viens aussi. Si tu penses que Lana Del Rey et Myra Lee sont une seule et même personne tu viens pour check. Si tu rêves d’un monde où le nom de Myra Lee sera plus prononcé que le nom de Lana Del Rey, ça se passe ce soir »

Impossible en effet de mieux retranscrire ce que je ressentais en cette fin de journée pleine de Lana par ci Lana par là, alors que tant et tant d’artistes et de groupes mériteraient TELLEMENT une exposition de cette envergure. Il y avait moyen d’agir autrement qu’en affectant un silence éloquent et boudeur et même, moyen d’agir de façon POSITIVE. Or si j’avais décidé depuis longtemps de m’y rendre, je m’étais plus tard laissée engourdir par le froid et l’horrible perspective d’un aller-retour supplémentaire Paris-banlieue dans ma journée ; puis j’avais lu ces mots là. Et Bing, tout s’éclaircit alors (smiley soleil).

Thousand @ l'International 2012

Petite déception à l’arrivée : forcément, Myra Lee joue en deux et avant cela, il faudra se fader le groupe Thousand dont j’ignore tout. Je sens déjà que le réveil va piquer demain matin lorsqu’il se mettra à sonner, comme d’ordinaire, sur les coups de 6h… 

Thousand @ l'International 2012Mon accompagnateur préféré et moi-même décidons alors de nous armer de patience (et d’un mojito) et de nous poster en auditeurs discrets en fond de salle, bien assis sur une sorte de tabouret de piano qui fera office de fauteuil pour deux.

Thousand @ l'International 2012Bien entendu on ne voit rien, derrière des gens debout cela tombe sous le sens. En revanche, on entend. Et quel son ! Un peu comme si on avait là de la folk pas chiante ou à l’opposé (un opposé qui rejoint pour se confondre), du rock doux aux oreilles. Avec de vraies belles mélodies qui frappent même pour une première fois. Des envies irrépressibles de balancer doucement le corps en accord avec la musique. Et des harmonies vocales à trois voix (peut-être même quatre) à la fois complexes et inhabituellement maîtrisées pour du live en sous-sol.

 Bref, c’est la grosse claque qu’on espère à chaque fois qu’on sort et qu’on ne reçoit que trop rarement, le coup de coeur qui remplit de gratitude et fait oublier tout le reste. Forcément, on finit par se lever pour les voir, tout ça pour se dire que la tête du bassiste ne nous est pas inconnue et pour cause, puisqu’on l’avait shooté aussi à Rock en Seine où il jouait avec Myra Lee, avec ses yeux bleus et son tee-shirt orange. Et finalement on se sent bien bête d’avoir râlé : dire qu’on aurait pu manquer ça !

 

Myra Lee @ l'International 2012

Pour Myra Lee cette fois on se place au plus près de la scène histoire de faire moisson de belles photos et vidéos. Sauf qu’au moment de changer la batterie, dont je m’aperçois qu’elle est vide, par une batterie bien chargée, celle ci tombe par terre. Impossible de la retrouver entre les jambes du public. C’est la cata.

Myra Lee @ l'International 2012A vrai dire, ce fut bien la seule déception de la soirée. Car la prestation de Myra Lee fut à la hauteur de l’attente et indubitablement bien, bien meilleure que tout ce qu’on a jamais pu voir de Lan… mais passons.

Pas étonnant, avec un nom pareil*, que la musique de Myra Lee rende hommage à Cat Power. Mais il y a aussi du PJ Harvey dans la voix, voire du Bjork, jusque dans son côté un peu expérimental. Avec sa rythmique ultra réussie (le genre un poil tribal que j’affectionne), on pense également à Bat For Lashes avec lesquelles Myra Lee a en commun une démarche artistique mi arty mi world. Comme pour les anglaises, des esprits masqués font parfois leur apparition (voir le clip de The flame in the eyes où elle se promène avec son double sauvage dans la forêt, en chemise de nuit évanescente – mais aussi en baskets) et comme pour les anglaises également, on se dit que Radiohead aurait certainement aimé ce genre d’ambiance si le groupe les avait croisés à Rock en Seine. Car dans Myra Lee, malgré la frêle silhouette de la chanteuse et sa voix incroyablement aigue (sur le dernier titre elle aurait pu briser du cristal) il semble y avoir une alliance entre la spiritualité et le rock, la douceur et la violence et en fait, une dualité qui rend la formation particulièrement intéressante.

Les arrangements ne sont pas en reste et sur scène, Maud Nadal manie avec dextérité un instrument dont l’étrangeté accentue encore l’impression d’authenticité. Myra Lee @ l'International 2012Renseignements pris il s’agit d’une autoharp, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle donne à son poignet un mouvement gracieux plutôt « flower-power » qui se marie à la perfection avec ses tresses et ses pieds nus. 

Pour autant rien n’est gnan-gnan ni ne semble surjoué, comme si le juste équilibre avait été atteint. Chaque musicien parait habité et on ne s’ennuie pas une seule seconde. Outre la chanteuse, le guitariste, sans le texte de qui j’aurais pu passer à côté de cette soirée, prend visiblement un immense plaisir à jouer, allant jusqu’à sauter comme au ralenti sur des passages lents. Myra Lee @ l'International 2012C’est vraiment très joli à regarder, au point qu’on aimerait être à sa place pour ressentir ce qu’il ressent. Le batteur est excellent également ; sa façon de jouer est inventive et très différente du jeu bourin de la plupart de ses congénères. Quant au bassiste partagé avec le groupe Thousand et qui officie également aux claviers et aux choeurs, on est obligé d’être impressionné devant autant de talents réunis en une seule et même personne.

Entre deux titres, Maud Nadal parle de son album qu’elle est justement en train d’enregistrer et de son seul titre écrit en français Dans la nuit, qu’elle joue ce soir pour la première fois. Avant cela elle a joué mon préféré entre tous, Big catch all, un morceau sublimissime qui me l’avait fait distinguer parmi les soixante dix groupes et artistes programmés à Rock en Seine pour l’édition 2011. Et finalement, a fait si bien l’article de son EP (« sûrement en vente pour la dernière fois ») que bien entendu, il ne pouvait finir dans mon sac à main.

Myra Lee @ l'International 2012Mais sans photos dignes de ce nom ni vidéos, un EP ne suffisait pas à contenter ma soif de souvenirs et repartir avec une petite setlist était bien tentant. La jeune femme chargée du matériel me tendit gentiment celle de la star de la soirée, le fameux bassiste. Une setlist un peu magique forcément, avec son côté pile pour Thousand et face pour Myra Lee, assortie de commentaires personnels pas piqués des hannetons et d’un nom « Olivier Marguerit – Lee » (vous l’aurez compris, les membres du groupe s’appellent tous « Lee » – rien de plus normal pouer une famille de coeur) que je m’empressais de Google-iser dès mon retour.

La liste de ses collaborations me laissa alors interdite. Pas étonnant que le visage du musicien m’ait été familier : car  Olivier Marguerit n’avait pas seulement joué avec Myra Lee mais aussi avec Syd Matters, Los Chicros, ou encore My Girlfriend is better than yours. Pour parler vulgairement, j’étais tout simplement sur le cul.

Décidément, une vraie bonne grosse claque que cette soirée.

 

Thousand @ l'International 2012Myra Lee @ l'International 2012

 

* Myra Lee est le titre du 2nd album de Cat Power.

La moisson utra réduite de photos Thousand / Myra Lee (quand je vous parlais  de cata !) est à visionner ICI et LA. Aucune vidéo de live pour cette fois ; j’en suis absolument mortifiée croyez moi. D’autant que c’est vraiment, vraiment dommage vu le niveau de ce plateau… Mais j’ai retrouvé ma batterie une fois les lights revenues, et même si ça ne me console pas tout à fait, c’est déjà ça.

http://www.myraleemusic.com/

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s