(Mathieu) LESCOP s’échauffe au Pop In | 14.11.2011

« Mais non, c’est parfait pour une mise en jambes » répond le tourneur ALIAS à ma protestation véhémente quant à la taille de la salle qui verra le retour de Mathieu (leader du groupe ASYL) sur scène pour le lancement de son projet solo LESCOP.

Le Pop In est blindé de monde en ce lundi soir de Novembre. Alors qu’à quelques mètres de là, le Panic Room a l’air totalement vide (la déco pourtant, est franchement très sympa vue de l’extérieur), le petit bar concert tenu par Denis depuis des lustres dégueule sa foule en masse sur les trottoirs alentours. Ce n’est pas uniquement un « effet fumeurs », puisqu’une fois la porte poussée, il faut encore jouer des coudes pour se frayer un passage jusqu’à l’escalier qui mène à l’étage, pour naviguer entre les deux salles du haut et redescendre enfin par l’autre escalier, vers la minuscule salle de concert.

Ouf, on y est.

Bien calés sur les marches qui mènent à la sortie de secours, le poste d’observation est privilégié. On remarque très vite un changement qui ravira tous les photographes : Alleluia, les lights ne sont plus rouges mais blanches, il semble donc possible de réaliser quelques images dignes de ce nom. De quoi regretter amèrement d’avoir oublié mon petit compact à la maison, d’autant que cela n’arrive pour ainsi dire jamais.

Mathieu Lescop s’est levé et commence à chanter. « Elle te regarde  […] c’est insolant, c’est venimeux … c’est insolant, mais tellement beau … beau et violent … peut être un peu trop… Marlène ! ». C’est vrai, on avait presque oublié : c’est de la pop mais en Français. Avec sa diction si claire, sa façon de détacher les syllabes, on comprend chaque mot et c’est tellement étrange finalement, avec la quasi totalité des concerts que l’on fait en anglais.

« Vous êtes nombreux quand même. C’est malin,  ça m’a foutu le trac ! »

Tu m’étonnes. On dirait même que le premier rang aussi, a le trac. Très près, trop près, gênant. Du coup il ferme les yeux, le premier rang, quand il ne regarde pas de biais, vers le sol. Mais tu irais fixer Mathieu « Lescop » droit dans les yeux à un mètre, toi ?

 » Nous marchions tous les deux… » chante-il à présent avant d’enchaîner avec son magnifique single La Forêt, tellement Daho, en version infiniment dark (Darc ?) cependant.  La salle se déhanche encore davantage.

LESCOP est foutrement habité ; il chante en s’oubliant tellement qu’il donne parfois l’impression que ses yeux vont se révulser. Sa gestuelle est saccadée ; entre ça et sa cold wave (pardon, sa « Pop Noire« ), impossible de ne pas penser à Joy Division et l’acteur du film CONTROL avec ses moulinets de bras. Le corps tendu vers l’avant, on dirait qu’il repose sur son pied de micro de tout son poids. Plus tard, il danse dos au public, tourné vers le mur du fond, ses doigts appuyés sur le plafond bas du Pop In, comme s’il se tenait à l’envers pour ne pas tomber.

En chantant « Los Angeles » puis « La nuit américaine », il a enlevé sa chemise à carreaux pour se retrouver en tee-shirt noir, troué sous les bras, qui accentue encore son teint cireux.

Son Vent (qui) « souffle à perdre haleine » l’emporte, les bras levés pour une danse qu’il partage avec toute la salle. Ce titre là est vraiment excellent.

Il fait une chaleur affolante désormais ; l’atmosphère est moite et pour « Tokyo la nuit », le Pop In exhale à présent cette sueur des caves qui ne dorment jamais.

Quelqu’un s’approche depuis le fond de la salle et chuchote quelques mots. Mathieu Lescop acquiesce et reprend le micro : « On s’arrête là on revient dans 25 mn. Pour un 2eme set. A tout à l’heure ? »

Nous restons sur nos marches tandis que Denis ramasse les verres vides. Et puis on nous fait remonter, toute la salle doit sortir, vraiment. Là-haut, on surprend des mots qui laissent à penser que peut-être, ce sont les même chansons qui seront rejouées. La magie est brisée. On n’aurait pas dû entendre et pas dû remonter.

Alors on achète un précieux vinyle quatre titres, et on se dit qu’on a eu une assez belle soirée jusqu’à présent.

Et qu’on a hâte de revoir ce garçon d’une classe folle sur une plus grosse scène, le plus rapidement possible.

WAH.

http://www.myspace.com/lescoplescop

Prochain concert à l’International le 20 novembre 2011

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s