Nicolas Jules, mon concert surprise au Limonaire.

Nicolas Jules @ Limonaires

Quelques années que je n’avais pas revu Dyne-la-marseillaise, dont vous entendrez forcément parler un jour. Pour nos retrouvailles, le rendez-vous est donné Métro Grands Boulevards. « On dîne à 20h et le concert est à 22h, m’annonce t’elle. Et elle ajoute : Mais je ne te dis ni où ni qui. »

Nicolas Jules @ LimonairesCe sera Nicolas Jules au Limonaire, après un délice d’houmous suivi d’un feuilleté aux crudités que certains enrichiront d’un fondant au chocolat au caramel au beurre salé, tandis que d’autres (parfois les mêmes) arroseront le tout d’un petit vin rouge frais de Touraine.

Le lieu est atypique et chaleureux, rempli d’habitués qui semblent tous un peu là chez eux. Habitués à l’endroit, à la chanson qui s’y programme à l’ancienne, à la patronne (haute en couleur visiblement, malgré sa tenue noire), Nicolas Jules @ Limonairesà Nicolas Jules (qui y joue régulièrement et ce soir encore) ou un peu tout cela à la fois, peu importe à vrai dire. Toujours est t’il qu’ici, les gens s’apostrophent et se reconnaissent, s’appellent par leur prénom, font oublier enfin les traditionnelles accusations d’indifférence portées contre la capitale.

L’homme est à l’image de ce bistrot-concert, en pantalon chic à taille haute et bretelles, d’une sorte de désuétude assumée, un peu comme s’il s’était trompé d’époque et comptait recréer l’atmospère du Paris de Greco.  Ses chansons qui ne ressemblent à nulles autres naviguent à l’époque des poètes désenchantés, à la fois réalistes et lunaires, Nicolas Jules @ Limonairesportées par ce Pierrot qui hypnotise son auditoire de sa voix enjôleuse ou n’hésite pas à la faire sursauter d’un cri. Son regard, surtout, est impressionnant. Les yeux sont d’abord étonnés et naïfs pour devenir fixes -voire un peu fous -, se concentrer soudain et frapper comme un rayon les cibles qui se bousculent alors pour s’offrir au prédateur caché derrière cette fausse innocence.

Si le charisme de cet homme qui corrige sa blondeur d’un savant ébouriffé est fort et immédiat, il le camoufle avec une mise en scène qui ne laisse planer aucun doute sur son amour du théatre, relayé par son complice Roland Bourbon à la batterie ou plus récemment, par la contrebasse de Béatrice Gréa. Certes, le travail drolatique pourrait servir le spectacle, et l’on ne s’ennuie pas une minute. On peut toutefois se demander si on ne perd pas en émotion ce que l’on gagne en délire organisé, ou si l’étrange beauté de l’artiste et de ses mots ne serait pas mieux mise en valeur dans un écrin plus dépouillé.

Nicolas Jules @ LimonairesPas sûr que son public s’y retrouverait ceci dit, à en croire les retours qui mettent en avant le fait que l’on rit beaucoup, avec Nicolas Jules.

On ne peut pas être d’accord sur tout, c’est entendu. Mais on admet volontiers que la belle singularité de Nicolas Jules mériterait une toute autre reconnaissance.

 Photos et vidéos Isatagada

Publicités

Une réflexion sur “Nicolas Jules, mon concert surprise au Limonaire.

  1. j’aime beaucoup l’univers de Nicolas Jules parce que, comme vous l’évoquez dans votre article, il échappe au temps et aux modes. A la relecture, à la réécoute, ses chansons tiennent vraiment la barre. L’écriture est puissante, le bonhomme aussi, mais ça s’affiche frêle et amusant. C’est peut-être ça l’élégance.
    bravo pour votre chronique.
    Claude

    Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s