Pendant ce temps là, Deezer va skier aux frais des artistes

Ca fait un bail que je concocte un petit article à propose de Twitter mais passons, car là n’est pas le sujet.

C’est bien Twitter, vraiment. Très instructif. 

Comme cette jolie photo mettant en scène une trentaine de jeunes gens heureux, postée ce 24 janvier 2011 sur le compte de Deezer avec la mention « Team à Chamrousse ».

Bon, okayyyyyyyyyy, ils ne font peut être pas du ski. Et okayyyyyyy, ils sont peut être tous stagiaires alors, on ne leur en veut pas personnellement et même, on est contents pour eux, c’est entendu.

Mais quand on voit cette photo, que l’on connait la grotesque rémunération offerte aux artistes et que dans le même temps, on se farcit le beau discours de Môsieur N.  le « pas discret » qui nous explique à quel point le streaming sur Deezer c’est le mal parce qu’il n’y a qu’avec les abonnements que les artistes vivront enfin décemment  – c’est ça son but ultime, à Môsieur N. : faire en sorte que les artistes vivent un jour décemment -, on a tout simplement envie de hurler.

Oui bien sûr, rien n’est jamais ni tout noir ni tout blanc.

Mais je suis sûre d’une chose en revanche, c’est qu’un tas de gens vivent sur le dos d’artistes dont certains ont réellement du mal à joindre les deux bouts et qu’ils feraient mieux, de temps en temps, de ne pas trop la ramener.

La communication c’est comme tout, ça s’apprend. En ces temps du full internet, une bourde de cette taille est comme un gros pavé dans la marre et risque de faire quelques vagues.

Pas très malin.

Publicités

Une réflexion sur “Pendant ce temps là, Deezer va skier aux frais des artistes

  1. « Tout n’est jamais tout blanc ou tout noir » -> en effet, regarde, le costume de Pascal Nègre est jaune et noir.
    Je sors.

    Mais pour en revenir au contenu de ton article, tu as malheureusement entièrement raison. C’est comme les majors qui se plaignent qu’Internet tue la musique. Non, Internet a fait se casser la gueule à l’industrie du disque, qui, elle-même avait flingué celle de la cassette. Le support est différent, mais ce n’est pas pour autant que les gens consomment moins de produits culturels (« consomment », « produits » et « culturels » dans la même phrase, ça me fait mal aux fesses de parler comme Pascalito). Qui plus est, le public achète peut-être moins de skeud (c’est indéniable même! je le fais moi-même) mais il se déplace plus dans les salles de concerts ou en festivals. Alors, certes, ça ne rapporte pas directement aux maisons de disques, mais sûrement plus aux artistes (qui du coup réclament aussi un plus gros cachet pour compenser leur manque à gagner du fait de la baisse des ventes). Or, c’était pas ça qu’il voulait, le Pascal N., améliorer la vie des artistes ? 😉

    Tout ce laïus pour dire que comme toi je suis agacée par cette hypocrisie ambiante, mais malheureusement cela ne me choque plus.
    Joli coup de gueule ma chère!

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s