RussianSxToys @ le Truskel – 12 novembre 2010

RussianSxToys @ TruskelOn avait déjà une tendresse particulière pour ce groupe de Rennes lorsqu’une lumière jaillit du brouillard tandis qu’on écoutait The Rapture. Car c’est à ce moment précis qu’on eut, il y a quelques semaines à peine, LA révélation : ces gars là n’étaient pas seulement des zikos étudiants fêtards amis d’amis d’amis Facebook un peu cool, mais plutôt l’avenir du monde. Excusez du peu – et le dythirambisme -, et tant qu’on y est, pardonnez dans la foulée à tous ceux qui, comme nous, ont systématiquement tendance à ne pas suffisamment considérer ce qui nous est le plus accessible, un peu comme ces ados qui ne peuvent soupirer qu’après l’amour sans espoir. En vérité je vous le dis et le répète, sur la scène du Truskel en ce vendredi soir d’une douceur inattendueRussianSxToys @ Truskel, ces gars là sont apparus comme l’avenir du monde ; oui ; en toute simplicité.

Il faut dire aussi qu’ils avaient bien caché leur jeu les bretons, en venant imberbes, un peu gauches et à trois seulement pour leur première date parisienne au Klub, en avril 2009. Pour le détendre, on aurait bien chatouillé le chanteur sous les aisselles avec les s.e.x.t.o.y.s fournis ce soir là par des amis soucieux du détail. Et bon, on n’avait pas été franchement embarqué, pour tout dire.
Ils devaient préparer leur coup, en fait. Les traîtres.

RussianSxToys @ TruskelAlors qu’on ne se doutait de rien – on aurait dû, pourtant, après le formidable article d’Ouest France contant leur concert au Cargo avec le CQFD, lequel se voulait désastreux sans réaliser qu’il les élevait surtout au rang convoité de punks, génération JDB -, on a vu au Truskel un groupe affolant de modernité et d’ironie mordante à peine contenue, à faire péter la baraque dans la plus pure tradition british. Devant un parterre bien trop sage pour eux, les Rennais étaient là pour faire danser sur des synthés en folie tout droit issus de la fin des années 80, sauter au rythme de la cloche de vache, transpirer à la seule vue d’une guitare fiévreuse et triper un max sur le chant faussement monocorde mais en fulgurante progression de Pierre-désormais-barbu, le merveilleux chanteur blond aux parfaites lunettes d’écailles dont on taira les origines pour en avoir déjà bien trop parlé.

RussianSxToys @ Truskel

Est-ce trop en faire que de clamer désormais haut et fort qu’on a a-do-ré ce set, d’autant qu’on a pris le temps cette fois d’écouter des textes au second degré de circonstance (« Fuck Radiohead », « Spread The Disease »), et d’accorder un peu plus d’attention à chacun des membres du groupe avec pour seul résultat une farouche envie d’en reprendre une prochaine fois.

Dommage qu’on n’ait pu se rendre dès le lendemain à l’International où ils partageaient la scène avec les excellents Pollux From Rio.

RussianSxToys @ Truskel

Allez c’est ça, @ ciao les Russians. Je ne sais pas trop quel genre de monstre vous êtes en train de devenir, mais j’aimerais bien être là pour voir ça. Alors revenez vite, vous voulez bien ?



Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s