Rock en Seine 2010 – Jour 2 : Viva and the Diva, Stereophonics, Queens Of The Stone Age, LCD Soundsystem, Massive Attack & more

Cette deuxième journée de Rock en Seine commence à 15h comme la veille, par une bonne grosse douche d’accueil devant la scène de la cascade. 

Chew Lips @ Rock en Seine 2010La jeune et blonde chanteuse de Chew Lips s’en excuse avec une moue charmante : « désolée pour la pluie ! ». En live, sa musique électro-pop, qui se veut sans autre prétention que celle de faire danser gentiment, conquiert les festivaliers d’emblée, d’autant que le soleil fait rapidement son come-back. Une ouverture plutôt agréable qui se conclut par un joli sourire : « Merci Paris, vous êtes sexy ! », et met de bonne humeur pour affronter ce samedi marathon. 

Au vu du programme, en effet, on a calculé que l’on allait s’offrir sept bons trajets entre les deux extrémités du site (toujours personne pour me donner la distance ?) ; une bonne raison de ne pas céder aux bottes roses « Rock en Seine » très en vogue cette année mais franchement trop inconfortables pour l’exercice. 

K'naan @ Rock en Seine 2010Nous voilà donc fonçant vers la grande scène, histoire de faire la connaissance de K’naan qui fait le coup du « balance ta patte » après une fausse piste balisée de quelques gros accords de métal. Le public, sans distinction de style, est décidément de bonne humeur car il obtempère sans se poser de question, pour se déhancher avec bonheur sur un mélange de hip-hop cool, de jazz des années 60 et de musique plus afro. 

Viva and the Diva @ Rock en Seine 2010Alléchés par le programme annonçant un groupe composé d’anciens de Rita Mitsouko et Poni Hoax encadrant une certaine « Sir Alice », nous courrons à présent dans l’autre sens pour ne pas manquer « Viva and The Diva ». Le public nombreux devant la scène de l’industrie a l’air fasciné par le show de la chanteuse (blonde aussi, mais version trash) dont on me dit qu’elle est complètement défoncée. Peu importe qu’elle le soit ou pas, car elle se défonce, en tout cas, pour un set bien crade et tout en tension que ne renierait pas un Beastie Boys au féminin… ou plus simplement une certaine Catherine Ringer. Wahhhhh.

Stereophonics @ Rock en Seine 2010On enchaîne avec Stereophonics sur la grande scène, dont j’ai la faiblesse d’adorer les chansons ro(ck)mantiques depuis un bout de temps sans toutefois les avoir jamais vus en live. La prestation est impeccable, la voix de Kelly Jones est parfaite, un choya rauque juste ce qu’il faut et d’une justesse irréprochable, tandis que les musiciens exécutent les morceaux comme sur disque. Si vous me lisez un peu, vous aurez compris où je veux en venir : en festival, il faut donner un peu plus qu’une « prestation » pour m’embarquer vraiment. Alors, quand à la relative inexpressivité du chanteur s’ajoutent les petits sourires supérieurs d’un bassiste gominé (faire « vieux beau » à 36 balais, ben merde !), forcément, ça coince. On est triste d’être déçu, d’autant qu’en rédigeant cet article, on fredonne encore le génial titre spécial filles ci-après. 

Retour vers la cascade où les jeunes irlandais de Two Doors Cinema Club délivrent malgré leur très jeune âge un set décomplexé sur des rythmes dansant à la Phoenix. Ajoutez une belle voix fraîche voix et des mélodies plutôt efficaces et vous obtiendrez la dernière sensation pop électro du moment ; Un buzz mérité. 

C’est Jonsi qui fera les frais de la pause du jour. Pour une fois on ne regrette rien : sans son matériel resté coincé au Portugal, et desservi par une voix hyper aigue pas très assurée en live, on finit même par attendre avec impatience la fin du concert depuis notre pelouse. 

 

Queens Of The Stone Age @ Rock en Seine 2010On se coupe en deux pour les concerts suivants. 

Impossible évidemment de manquer les Queens Of The Stone Age qui balancent du très gros son à grand renfort d’une batterie « qui envoie du bois » et d’une basse très appuyée comme on aime. Bien planté sur ses deux jambes, Josh Home est « un homme un vrai », mais pas que. On a rarement entendu une voix aussi magnifique, d’une amplitude incroyable, à la fois puissante et racée (peut-on dire « raffinée » ?), tout bonnement exceptionnelle. Josh Homme définit lui-même ce qui fait toute la subtilité du groupe et le distingue de ceux qui pullulent sur le créneau : « Le rock devrait être suffisamment lourd pour les garçons et assez doux pour les filles  ». Tout est dit, pour ceux qui n’avaient pas remarqué ce vrai-faux paradoxe que l’on retrouve dans le nom même du groupe. A voir sur scène, pour un concert d’une grosse intensité et un pied absolu. 

Pendant ce temps, de l’autre côté du Parc National de Saint-Cloud, les Naïve New Beaters fédèrent tous ceux qui ont envie de s’amuser plus légèrement. Dans une joyeuse ambiance de fac (voire de lycée, voire …), le trio fait le show, invite toutes les filles à monter sur les épaules des garçons, se chatouille, passe d’un délire clownesque à un autre. Si la justesse de la voix n’est pas toujours au rendez-vous, on s’en fout un peu finalement, tant on passe un bon moment avec leur set très électro, enlevé et franchement sympa. 

LCD Sound System @ Rock en Seine  2010Place ensuite aux américains de LCD SoundSystem qu’on attend avec impatience, tant ils ont influencé nombre de jeunes groupes. On n’est pas les seuls visiblement, car la foule est déjà dense bien avant le début du concert. Les américains surprennent par le très haut niveau de leurs arrangements sur scène, renforcés par des chœurs (on n’a plus l’habitude), et plus proches d’une high-fi pour mélomane averti que du rendu un peu sale auquel on s’attendait de la part d’un groupe estampillé « disco-punk ». Pas de doute : on avait lu que James Murphy était « intelligent », et on comprend désormais pourquoi. On s’attendait à danser un peu plus en revanche, plutôt que de se retrouver devant des morceaux à rallonge très construits mais au final, un peu répétitifs, voire désuets. Horrible à dire, parce qu’on est sûrement en train de passer à côté d’un truc, mais on s’ennuie un peu. 

 

Massive Attack @ Rock en Seine 2010Les mêmes causes (mais pas exactement) ne produisant pas forcément les même effets, on est ravis de voir enfin sur scène Massive Attack et leurs interminables morceaux qui emportent très loin. La nuit désormais plus épaisse et les lumières bleues orientées de telle façon qu’elles laissent les musiciens dans la pénombre offrent à leur trip-hop hypnotique un écrin idéal. A mesure que les morceaux dévoilent leur crescendo planant, illustrés par les belles voix noires qui se succèdent, on se laisse aller sans peine à unMassive Attack @ Rock en Seine 2010 abandon nécessaire. Une drogue aussi addictive que bien d’autres, mais sans danger ni effet secondaire, à part sans doute l’envie d’en prendre encore. Une drogue qui fait du bien et qui embarque Robert Del Naja dans de longues danses tribales façon Thom Yorke, tandis que l’écran géant délivre son message militant en faveur d’un monde meilleur et engagé, en français s’il vous plait. Et si l’on peut lire « l’éducation peut et devrait être dangereuse », « la liberté meurt si elle n’est pas utilisée », ou encore des titres de presse reprenant notamment des rappels à l’ordre de la France par l’Onu, seul l’hommage à Jimmy Hendrix déclenche une ovation dans la foule, pas vraiment décidée à laisser la politique prendre le pas sur cet immense moment de musique. 

 

Encore un peu bloquée dans leur univers 100% tripant, on aura bien besoin des excellents 2 Many DJ’s pour revenir sur terre et nous aider à quitter cette deuxième journée de Rock en Seine en dansant, un grand sourire heureux aux lèvres. 

  

Toutes les photos du festival by Isatagada ICI  

Mille merci à « Tonton » (Francis Zegut) qui a eu la gentillesse de parler de mes chroniques LA (suis happy et fière).

 

Publicités

7 réflexions sur “Rock en Seine 2010 – Jour 2 : Viva and the Diva, Stereophonics, Queens Of The Stone Age, LCD Soundsystem, Massive Attack & more

  1. Coucou toi 🙂

    Vu le début de ton commentaire, c’était bien parti pour que je le prenne archi mal… Guère l’habitude en effet de me faire traiter de troll ;-(

    Et puis… et puis… cette deuxième phrase over intrigante : j’ai beau chercher, impossible de me souvenir d’une certaine Natacha parmi mes connaissances Spacéennes, et autres demoiselles auxquelles j’aurais givé l’adresse de mon profil, au détour d’un concert ou d’un trajet en autobus… j’aurais donc une admiratrice, une followeuse en secret de mes posts depuis plusieurs années ? 😉

    Je ne peux résister + longuement à la tentation de pénétrer son univers, d’un simple clic sur son doux prénom inscrit en violet… et le fait est que la devise de mes amis de Laviolette, « Purple being the colour with the highest frequency », s’est on ne peut mieux vérifiée ce mercredi matin !

    Non, impossible de me fâcher avec cette fille : un véritable alter ego Capitanien, tout aussi barrée, et ayant tenté tout comme lui une exploration de la 11° dimension sur son blog… une connexion incroyable 🙂 Et par dessus le marché, elle kiffe Sheraff : même qu’elle vient de me faire découvrir, par le jeu des découvertes sérendipiteuses, un bon vieux live du titre « Bones & Soul » et la version station d’essence de « Fish & Chips », qui comme disait jadis l’ami VDB sur le Mouv’, vaut son pesant de moutarde !

    Comment ne pas l’aimer après ça ? Surtout quand tu vois qu’au moment où toi pour Halloween, tu balançais ce qui t’en avait fichu gros sur la patate en septembre, après 2 mois de désert sentimental, elle au contraire, faisait part de sa belle saison réussie, dont tu aurais bien aimé faire partie, rien qu’en simple qualité de soignant sur l’aire du Chien Blanc (bien que dans le même registre, ce soit pas mal non plus de regarder ton boss prendre en charge les bikeuses du 93, que tu peux avoir la chance de recroiser 2 ans après, en apprenant que « la capsule avait déjà sauté » 😉 ;-)) et semble avouer en ce 30 octobre de l’an de grâce 2010, posséder un feeling rarissime chez les Parisiennes, à savoir de se sentir « crazy in love » et donc certainement de danser en soirée, notamment avec des garçons, ce que peu de demoiselles savent encore faire à notre époque, un état de fait que tu déplores de concert avec Papa Ox’ !

    Du coup, Natacha, rien que pour ton humour et ton esprit rock, sans te connaître complètement ni même savoir à quoi tu ressembles, je sens que je t’aime déjà 😉 Et ces quelques récents billets m’ont donné une folle envie de te rencontrer, que ce soit en été (30/10) ou en hiver (10/12) ! Alors je ne vais sans doute rien t’apprendre, si tu me suis de longue date sur MySpace (dommage d’avoir attendu jusque début 2011 pour rentrer en contact, tu aurais dû te fendre d’un petit mail Spacéen, si tu m’appréciais autant ;-)) car il se trouve que je possède un QG dans la capitale. Alors c’est un petit peu moins vrai à présent, depuis que je suis entré dans la catégorie des « jeunes à la retraite », mais je continue de m’y rendre ponctuellement, à l’occasion de très belles affiches : ce QG, c’est l’International (75011, en pleine 11° dimension ;-)) Or mardi prochain 01/02, il se trouve que mon gros coup de cœur musical de janvier sur Soul Kitchen, le power trio Bovary, va justement s’y produire ! Et pour l’occasion, sache que cela me ferait un immense plaisir, en marge d’un aussi excellent set, de faire ta connaissance « IRL » autour d’un petit verre… 😉

    En attendant, le + grand troll de tous les Strygidés (pas de MySpace quand même, ça serait un peu trop prétentieux :)) te remercie pour ton art du teasing, et te fait de maxi gros poutoux !!!

    J'aime

  2. Qu’est-ce que j’ai écrit ? Mon cousin Antoine (selon l’hypothèse d’Alain 🙂 vient d’atteindre la quarantaine en 2010 : il fêtera donc à la fois ses 40 ans… et ses 20 ans de radio, bien sûr (un teaser est d’ailleurs tout fraîchement visible sur son site officiel) ! J’avais juste fait un mix des 2 😉

    J'aime

  3. Je m’étais juste laissé emporter once again par ce magnifique single, pourtant j’avais bien lu ton article au préalable ! Du coup, je le relis à l’instant, et… aoû !!! Dire que j’ai entamé ma dernière dizaine avant les 36 : ce qui veut dire qu’il me reste peu d’espérances à nourrir, même si dans 10 ans je continue à produire de bons mix ;-(

    Quoique… DJ Zebra s’apprête bien à fêter ses 40 ans de radio, samedi 5 février à la Flèche d’Or, et de mon point de vue, bien que je ne le connaisse que depuis septembre 2009, date de son arrivée au Mouv’, il a su conserver intacte sa « bogossitude » et son teen spirit since 1991 🙂

    Sinon… promis, je vais faire gaffe à ne plus citer Rod ! Ce que j’aurais pu éviter hier si j’avais su, puisque le constat en question sur les bilans de fin d’année était initialement posé, si ma mémoire est bonne, par une blogueuse américaine !

    Pour accéder à mon blog, rien de + simple : tu cliques sur mon identité violette, sur l’un ou l’autre de mes commentaires, et ensuite c’est sur la colonne de droite 😉

    J'aime

  4. Alain a raison, si tu as lu mon article.
    Merci de ne pas mentionner Rod chez moi en revanche. Le genre de type qui mange sur ton dos, modifie tes articles pour écrire une phrase grammaticalement fausse qu’il refuse de changer (alors qu’elle porte ta signature) et sature tes photos à les rendre laides à pleurer. Le HibOO est bien pauvre depuis qu’il est riche… Personne ne devrait bosser pour ce type. Qu’il se débrouille !

    Enfin, si tu me laissais un lien vers ton top et ton blog : je ne l’ai pas trouvé !!!

    J'aime

  5. Et tout comme je viens de guérir de mon syndrôme d’EEG plat Masternovien, moi qui me considère généralement comme « pas très QOTSA », bah dans le cas présent j’accroche bien, avec ce plan dans les cieux absolument sensationnel ! Faut dire qu’après un petit « Maybe Tomorrow », slow imparable découvert en janvier 2004, et qui me retourne toujours autant 7 ans après, je ne peux qu’exprimer une PMA franche et massive !! Alain peut toujours venir répéter après ça que les Phonics possèdent un charisme de moule… 😉 😉

    Je suis aussi passé faire un petit détour par ton Top 2010… qui présente à la fois quelques similitudes, mais aussi une certaine originalité – et c’est pourquoi je trouve l’exercice particulièrement captivant, malgré la réalité rappelée par Rod le HibOO en introduction de son dernier bilan – par rapport à mon grand mix du 31 décembre en 85 séquences, que je t’invite à venir savourer à ton tour sur mon blog 🙂

    Enfin, big chapô pour ton featuring chez Tonton Zégut, et bon dimanche… sous mes applaudissements !!!

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s