Liptsick Traces & Bigmoneymakers @ les Combustibles – 22 Avril 2010

Une nouvelle salle de concert (et aussi un restaurant, mais on vous en parlera plus tard) a ouvert sur Paris. 

Les Combustibles, excellemment bien situé entre Gare de Lyon et Bastille, dispose de la première taille de jauge sur la capitale, avec une bonne centaine de spectateurs. 

David, le patron, y tient beaucoup : « c’est une vraie salle de concert, pas un bar », et souhaite accueillir de plus en plus de groupes en développement avec une vraie billeterie. 

Pour lancer la salle, il a notamment fait confiance aux LIPSTICK TRACES qui y jouent en résidence et programment à leur tour ceux qui pourraient bien être  d’autres « futurs grands groupes de demain ». 

Ce soir, la « Lipstick Night » recevait les BigMoneyMakers, déjà remarqués par le CQFD

Les deux formations, outre leur jeune moyenne d’âge, ont en commun d’avoir fait … le Zénith !!! 

Restons modestes : le Zénith de Paris en première partie de Babyshambles pour Luc des des BigMoneyMakers, certes, mais « une fois seulement », hein ! Quant aux Lipstick Traces, allons, simplement quelques Zénith de province … oui enfin … « juste  » en ouverture de l’un des groupes de rock français les plus populaire : Indochine !! 

Lipstick Traces © Isatagada

Alors on dira ce qu’on voudra au sujet des « LT » (et notamment que Papa – comprenez Jérome Soligny, de Rock n Folk – place fiston dès qu’il le peut), on les aime bien, nous, les Havrais. 

Parce qu’on se souvient que devant une maigre assistance dans leur ville d’origine, ils avaient laissé l’intégralité de la recette au groupe visiteur (on y était hein, la source est béton de chez béton), et qu’on n’en connait pas beaucoup qui font ce genre de chose à Paris. 

Parce qu’on a constaté une grosse progression depuis le Mc Daids, avec un son surtout qui a résolument monté en puissance. 

Parce qu’on adore les attitudes scéniques hypra rock de Thomas (au chant), qui plie les genoux et se penche en arrière comme pour prendre son élan (et parce qu’on rêve de sa guitare aussi !!! et de faire le cours Florent comme lui depuis des lustres – auxquels il se rend en PLUS de ses autres cours, évidemment -), la belle gueule et l’air habité de Pierrot (à la basse), lequel,  inconscient de son potentiel, avoue être « encore trop timide » et préférer jouer avec le batteur, quitte à tourner le dos au public, et de Grégoire, à la batterie, qui rythme le tout et complète avantageusement ce power trio revendiquant l’héritage des Beatles aussi bien que de David Bowie ou encore des Kinks. 

Parce qu’enfin, être « le groupe du fils de », finalement, n’empêche pas les galères, le talent, et surtout le travail. Et qu’on aime bien certains de leurs titres, en fait, de The craziest guy in town (« woooh ooh ! ») jusqu’à I don’t care (dont il existe très intelligemment une version française) en passant par celui qu’on appellera (faute de titre officiel) One More Day.  

Yoann / Bigmoneymakers © Isatagada

On connaissait déjà par cœur les Bigmoneymakers, qu’on aime d’amour, à force d’avoir tout dit sur eux, leurs titres hyper mélodiques, leur leader aussi théâtral que charismatique, et les membres du groupe plus attachants les uns que les autres, pour ne pas parler du manager, aussi fantastiquement investi que dévasté à la perspective de partir un an à l’étranger (dans le cadre de Sciences Po). Enfin on le croyait. Parce que de concert en concert, de nouveaux titres naissent, toujours plus bluffants, comme ce The Last Of Lonesome Heroes à la batterie subtile qui met une fois de plus la dextérité de Yoann (le batteur, si vous suivez) en évidence. Les BBM, qu’on se le dise, ne se reposent jamais sur leurs lauriers et ont constamment à cœur de progresser, comme ils prévoient de le faire en résidence, avec un coaching scénique de pro. 

Tout ce beau monde finit la soirée dans la bonne humeur, trinquant et dansant sur les vinyles du patron, dans une sorte d’atmosphère privilégiée qui reste rare. 

On sort de là avec pour ces jeunes groupes des rêves d’avenir radieux, en se fichant bien de la morosité ambiante, des pronostics des fâcheux, et de cet espèce de pessimisme qui font que l’on reconnait les vieux véritables. 

Demain s’écrit aujourd’hui. Et on parie que ces deux groupes là en seront ! 

http://www.myspace.com/lipsticktraces76 

http://www.myspace.com/bigmoneymakersrock

Plus de photos by Isatagada : BigMoneyMakers, Lipstick Traces

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s