Rufus Wainwright : un peu plus de « All days are nights, songs for Lulu »

Ma première rencontre avec Rufus Wainwright et son piano à queue fut un coup de foudre (lire ICI). Plus encore, certainement, si je pense à l’impact qu’il a eu dans ma vie, la part qu’il a prise dans ce que je suis aujourd’hui.

Le son d’un piano à queue, la voix profonde et tellement inhabituelle, flirtant avec la grandiloquence opératique, l’étrangeté de ce garçon dont la musique ne ressemblait à rien de ce que j’avais pu entendre jusqu’à présent et finalement, tout ce qui m’avait intrigué mais aussi séduit le plus ce soir là semble se retrouver dans cet album à venir.

Ce Rufus dans sa version la plus sobre, la plus touchante, je l’attends avec impatience. Avec l’espoir fou qu’il saura me convaincre et m’embarquer avec la même fièvre, la même fougue que cette première fois. Ce qui ne m’était pas arrivé pour ses albums précédents, je m’en rends compte.

Alors d’ici à l’album et d’ici à son concert du 3 mai au théatre Mogador, je vous laisse avec quelques mots et images en guise de mise en bouche. Et surtout, avec Zébulon en entier, live en piano voix, dont Rufus Wainwright nous avait fait la primeur à Paris en novembre 2007 (concert FIP enregistré à la maison de la radio);

Cliquez sur l’image :

rufusbn

Source : http://www.nme.com/video/bcid/70278571001/search/NME via Eline

 

Bientôt, l’interview en entier. J’attends un feu vert. J’ai hâte de vous faire partager ça 🙂

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s