La Nuit des Rois – Shakespeare.

 

Shakespeare a aussi écrit des pièces drôles et qui se terminent bien !

La Nuit Des Rois a fait l’unanimité dans la famille : petits et grands se sont régalés des costumes et des dialogues, pour une mise en scène originale et enlevée, où l’ont rit beaucoup ! Si si !

L’histoire : En Illyrie, où règne le Duc Orsino, amoureux sans espoir de la riche et belle Comtesse Olivia, une tempête a provoqué le naufrage d’un navire venant de Messine. Viola et son jumeau Sébastien ont survécu au naufrage, échouant à deux endroits de la côte et chacun croyant son jumeau disparu… Viola se déguise en enuque afin de travailler chez le Duc et de mieux le connaitre avant de dévoiler qui elle est.

Les acteurs sont excellents, mais alors qu’on nous rebat les oreilles des personnages principaux (notamment Sara Giraudeau en Viola, dont j’ai pour ma part trouvé la diction sussurante un peu agacante), j’ai surtout eu un gros coup de coeur pour la brochette de seconds rôles plus enthousiasmants les uns que les autres. Je me suis donc régalée du frangin de Gad Elmaleh (le fou, qui chante et joue de la musique, et plutôt bien), de la suivante Maria (plus charismatique sans doute que les deux comédiennes principales), et du trio infernal formé par le cousin Toby (Yves Pignot, joussif original), son ami sir Andrew (en jubilatoire idiot de service), et le marjordome Malvolio (Henri Courseaux, merveilleux en pédant tout aussi odieux que ridicule, costume inclus) tous plus truculents les uns que les autres. Dommage qu’on ne voit pas plus Sébastien (Thibaut Lacour), le frère jumeau, charmant en costume de bain d’époque ^^

Côté décor, une extrème simplicité assez bien faite, avec des trouvailles de mise en scène assez comiques, comme des buissons … comment dire … « vivants ».

On peut lire, sur le site du théatre :

La plus brillante, la plus merveilleuse, la plus jubilatoire des comédies de Shakespeare.
Où « rien n’est de ce qui est ». Où tout est méprise, jeux, frôlements, suggestions. Où la bouffonnerie la plus folle côtoie les raffinements amoureux les plus subtils.
Comédie du rire et de l’enchantement, tragédie de l’amour qui ne peut se dire ou se dit trop. Shakespeare nous entraîne lors de cette dernière des douze nuits de fête, point culminant des antiques calendes de janvier, dans une sarabande folle où s’emballent les sentiments, où se dévoilent les âmes, sous l’œil de Feste, le fou, corrupteur de mots, et observateur, parfois dupe, de ces jeux de l’amour et du hasard…

p1000017Avec Sara Giraudeau, Arié Elmaleh, Chloé Lambert, Henri Courseaux, Yves Pignot, Yannis Baraban, Jean-paul Bordes, François Siener, Emilie Cazenave, Thibaut Lacour, Aurore Staudercauchy, Sophie Mercier, Pierre-Alain Leleu.

ALLEZ-Y ! (Théatre Comédia, jusqu’au 3 janvier)

 

Publicités

2 réflexions sur “La Nuit des Rois – Shakespeare.

  1. Oh ! Me voilà bien embarassée à présent d’avoir critiqué tes collègues … et d’avoir estropié ton nom ! (je corrige de suite)
    N’empêche, c’était une excellente soirée, bravo.
    Merci d’avoir laissé un mot, « charmant jeune homme » fort peu de visiteurs le font.

    J'aime

  2. Merci pour le compliment sur « La Nuit des Rois », et Bravo pour ce blog… Joli !

    à bientôt

    Thibaut Lacour

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s