Them Crooked Vultures @ L’album de la semaine

C’est une Isatagada ultra privilégiée qui vous écrit ce soir, au sortir de l’enregistrement de l’Album de la semaine de Canal+ avec Them Crooked Vultures.

Une heure et demie d’un show gigantesque, devant une centaine de personnes seulement (et moi et moi et moi), à quelques mètres à peine de ce bébé né d’une union improbable entre Led Zeppelin, Nirvana / Foo Fighters, et les Queens of the Stone Age.

Une heure et demie à profiter de ce qui doit être l’unique formation à ne respecter aucun PUTAIN DE FORMAT et à se régaler d’un style de musique qu’on n’entendait plus depuis des lustres, un rock qui n’obéit à rien ni à personne, n’a définitivement plus rien à prouver, et profite crânement d’une incroyable liberté.

Les titres (Bandoliers est je crois mon préféré) s’enchainent sur des rythmes sans cesse changeants, à en perdre la tête, tandis que John Paul Jones à l’air de s’y retrouver lui, dans ses échanges d’instruments comme autant de leçons particulières de musique : un coup à la basse (ou plutôt, AUX basses, dont une huit cordes et une autre … indescriptible !), un coup à la guitare, un coup au keytar (contraction de keybord et de guitare, l’instrument étant une sorte de clavier que l’on porte comme une guitare), et à la mandoline aussi, et puis au synthé, où il mime les bras d’un coureur en attendant de jouer, pour finalement embarquer tout le monde dans un silence religieux. 

Dave Grohl n’est pas en reste et s’amuse lui aussi comme un gosse derrière sa batterie ! Trempé dès la fin du premier morceau, l’homme « envoie du bois » (expression préférée de Blackpool-Steph à qui je dois cette soirée) et frappe comme un forcené, accompagnant le mouvement de la tête au milieu de laquelle rayonne un sourire qui n’oublie de montrer aucune dent. Visiblement plus qu’heureux d’être là, il tient le rythme au bout de ses baguettes avec une maitrise impressionnante et jubilatoire en même temps.

Plus réservé que ses petits camarades, Josh Homme est aussi le plus imprévisible et passe soudain d’une sorte de froideur presqu’anglaise à un déhanché séducteur qui l’amuse visiblement beaucoup (Interlude with ludes, pendant lequel il abandonne sa guitare), puis de nouveau à une pause très « rockeur mâle », les deux jambes écartées pour mieux s’ancrer au sol.  Fascinant. Quant à sa voix, elle est tout simplement exceptionelle et ne craint ni les changement de rythme, ni les changements de ton, ni les graves, ni les aigus – Scumbag Blues.  On n’a pas tellement envie de sortir des références avec des gens qui en sont eux-même, mais enfin, on entend presque Bowie par moments sur le titre Reptile ! Ca n’est pas dingue ça ? Mais ça n’est que sur un titre : le garçon sait tout faire, un caméléon vocal on vous dit.

Une mention spéciale pour le quatrième larron des concerts, Alain Johannes, à la guitare et à la basse (au clavier même), qui s’est montré également bluffant.

Et puis, un final époustouflant en crescendo, avec des musiciens qui partent dans un solo « groupé » (ahah), qui dure et dure encore.

En bref, un concert qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Rien que d’écrire tout ça, j’en ai encore les étoiles qui brillent dans mes yeux de « petite graisseuse ».

Avec un coucou virtuel à Tonton que j’étais heureuse d’apercevoir. C’est aussi grâce à son « vent qui souffle » que je peux vous parler de tout ça : il savait encore avant tout le monde !

Je vous laisse avec cette photo qu’il a prise lors des repet. D’autres plus tard sur son blog. Allez donc le lire (et régulièrement s’il vous plait !)

http://zegut.blogspot.com/2009/12/them-crooked-vultures-la-plaine-st.html

http://zegut.blogspot.com/2009/12/them-crooked-vultures-la-plaine-st.html

 

Sweet dreams les gens :-)) 

 

PS : Ah oui aussi, mes photos de Rock en Seine sont en ligne sur leur site. Yep !

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Them Crooked Vultures @ L’album de la semaine

  1. Hello Jack. Des moments comme ceux là sont assez rares, c’était assez génial de vivre ça, oui ! Devant des gens comme ceux là (John Paul Jones me fait plus d »effet à chaque fois), on se sent un peu écrasé, comme devant un monument … Des poids lourds quand même ces 3 là !
    Jeff de rien 🙂 J’ai beaucoup pensé à toi tu sais.
    Mamoune, relis moi mieux et tu verras ^^

    J'aime

  2. MERCIII

    Je n’y étais pas, mais ta façon d’en parler me donne TELLEMENT envie. Bon plus qu’à attendre 9 jours (enfin le 14, tiens je suis en vacances YEAAAAAH) !!

    J'aime

  3. Merci pour ton report.

    J’ai eu la chance d’y être et j’ai ressenti les même choses que toi. Ce matin, j’ai toujours du mal à m’en remettre. C’était juste INCROYABLE de pouvoir assister à un concert privé d’un groupe aussi imposant en aussi petit nombre.

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s