Le jour où j’ai vu Prince (Le Grand Palais – Paris, 11 octobre 2009)

photo AFP Prince @ Grand Palais 
 

Merci à Carlos, et à une formation « Profession Manager » à l’IRMA qui peut mener à tout. Et notamment au Grand Palais où Prince jouait hier soir après un gros coup de coeur pour le site 5 jours plus tôt lors du défilé Chanel.

Peu avant vingt-deux heures, tous les regards se tournent vers la gauche des tribunes. C’est Prince qui arrive en Mercedes à l’intérieur même du Grand Palais, sans même un sytème de sécurité monstrueux. Seules cinq à six mille personnes sont là alors que l’endroit compte plusieurs milliers de mètres carrés. Autant dire qu’il y a largement de la place pour tout le monde sous la sublime nef classée monument historique. Non seulement nous ne sommes pas entassés mais mieux encore, on voit la scène de partout, et bien.

Le set commence avec 1999 pour se poursuivre avec un medley à rallonge composé d’une multitude de tubes des années 80, entrecoupés du chant « all day, all night ». Ce thème, qui revient comme un leitmotiv, est le concept même de cette exceptionnelle journée. Car en ce dimanche deux concerts se sont suivis : celui du jour, à dix-sept heures – costume noir -, et un deuxième, à vingt-deux heures – costume blanc.

Pendant deux heures, Prince prouvera qu’il est toujours un Dieu à la guitare, un Dieu du rythme, de la danse, et qu’il a enfin la même voix incroyable en live que j’avais toujours cru qu’il avait. Avant tout, il montrera qu’il est là pour se faire plaisir. Interpellant le public, lui demandant de chanter, de danser (« make me go up, Paris ! »), allant jusqu’à faire monter une vingtaine de personnes du public sur scène. On retiendra quelques moment magiques sur une série de titres qu’il jouera seul en guitare voix, dont un Sometimes It Snows In April à faire fondre n’importe quel parisien blasé, sublimé par la majesté des verrières éclairées. Des lumières sur l’architecture du grand palais qui auraient été parfaites … si seulement l’ingé lumières avait parlé anglais ! Prince avait beau marteler « lights off » puis « lights on », la réaction fut très longue à venir du côté de la console ! Dommage.

Pour finir, rappel indispensable avec le légendaire Purple Rain suivi d’un programme à la carte (« How much time do you have ? What do you feel like ? Rock n Roll ? Jazz ? Slow and sexy songs ? ») qui donnera Kiss à l’applaudimètre. L’homme se paye visiblement de ce que lui renvoie la salle, et il a envie de marquer les esprits. Ce qu’il fera absolument en tendant sa guitare à un chanceux du premier rang. 

Allez, malgré un joker pour le son (beaucoup de déperdition, prévisible vu l’endroit, mais pas seulement), je me souviendrai  forcément longtemps du jour où j’ai vu Prince

 ——————————————–

Début du concert visible sur : http://tf1.lci.fr/infos/culture/0,,4841555,00-les-images-du-concert-au-grand-palais-.html (passez les 2 premières minutes)

Les Set list + des photos (rares, c’était une véritable chasse aux photographes amateurs là dedans !) sur http://prince.org/msg/7/321055?&pg=1

Publicités

7 réflexions sur “Le jour où j’ai vu Prince (Le Grand Palais – Paris, 11 octobre 2009)

  1. Merci tout le monde 🙂
    M’sieur Eddy, l’histoire ne dit pas s’il a pu sortir sortir du Grand Palais avec totu de même …
    Mamoune, honnètement, j’aimerais qu’il y ait une « prochaine fois », mais je ne crois pas au Père Noël non plus 😉

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s