Girls in Hawaii : enregistrement de l’album de la semaine

Le nouvel album des Girls in Hawaii, « Plan Your Escape » était présenté sur le plateau de l’album de la semaine de Canal+ ce mardi dans le studio 104 de la Plaine Saint Denis.

J’y retrouve Alain et sa collègue espagnole Isabelle (au français parfait), avec en apéritif obligatoire, l’épisode du jour des Guignols de l’Info.

J’en profite pour donner le Blackpool-album à quelqu’un de la prod qui me dira en sortant qu’il l’a remis à Stéphane Saunier, le présentateur, également responsable de la programmation de l’émission et directeur musical de la chaîne. Ahhhh je suis contente :  » il a eu l’air de savoir qui ils étaient  » !

Rapidement, on nous installe pour les GIH. Le chauffeur de salle (Rémi), pas lourd, fait bien son job tout en étant plus que courtois, un sans faute que j’apprécie en connaisseur : qui n’a jamais été confronté au « cri du veau » sur un enregistrement TV comprendra aisément pourquoi !

Les GIH font leur entrée sur une scène qui déborde d’instruments, de téléviseurs et de tapis. Ils sont six, et leur jeunesse est frappante. Dès le premier titre les accords semblent assez basiques, tout comme la batterie, essentiellement binaire. Pas de charisme flagrant chez le leader ou aucun autre membre. Soit. Très pop. Structure très simple. Hum.
La magie est là pourtant : en fait c’est plus que suffisant, la musique. Et pas aussi simple qu’il y paraît, si l’on prête une oreille plus attentive aux clins d’œils et aux petits détails, comme autant de richesses à débusquer de morceau en morceau.

D’abord parce que le chanteur n’est pas le chanteur. Enfin si. Disons qu’il n’est pas seul : sur le deuxième titre, c’est un autre membre du groupe qui prend le relais et devient la voix du groupe, tout en restant assis sur une chaise basse. Etonnant !

Et puis, il y a un tas d’autres choses. Les premières notes de  » Sun Of The Sons  » qui ramènent à l’album  » Illinois  » de Sufjan Stevens, pour prendre immédiatement après des accents de Beach Boys.  » Fields of Gold  » (6:28 sur l’album) et son crescendo bien tripant en live. Les interruptions d’une poignée de secondes de  » Road to Luna « , qui vous cueillent par surprise pour mieux vous accrocher au redémarrage. Le clavier qui fera diversion sur une cymbale isolée, à contre-temps de la batterie. Le bassiste, un peu plus tard, qui abandonnera son instrument à un autre membre du groupe pour jouer de la baguette.  » Colors « , qui fait planer l’assistance; « Birthday Call », excellent, entre musique à frapper dans les mains et pop aérienne. La voix et l’attitude du deuxième chanteur (Lionel ? je parie sur Lionel), qui vous emmène un peu vers Thom Yorke. Les multiples petits instruments qui sortent de partout, du mini xylophone jusqu’à l’accordéon sur le dernier titre (les Belges et leur accordéon !).  » This farm will end up in fire « , enfin, dont il faut parler, avec sa petite ritournelle, son goût plutôt années 80 et la voix (d’Antoine ? je parie sur Antoine), presque copie conforme de celle de leur compatriote David, le génial leader du groupe Sharko. Pour une fois que le choix d’un single tient la route quant à la couleur d’un groupe, on applaudit !

Ils s’arrêtent. Grosse frustration : c’était bien trop court ! Les voilà qui se dirigent vers les coulisses, la tête basse ; à peine si certains sourient timidement. C’est long de s’apprivoiser parfois.
Le public de Canal réclame  » une autre, une autre ! « . Par chance, il faut refaire 2 titres.  » Ca c’est la partie la moins intéressante pour vous, annonce le leader : on va refaire ce qu’on a raté tout à l’heure « . Ben oui c’est ça, on va s’ennuyer ! Comme si, déjà, on avait remarqué qu’ils avaient  » raté  » quoi que ce soit ! Modestie, modestie. C’est chou. Vraiment.

N’empêche, c’est marrant, mais tout à changé. Dans les gradins ça reste debout cette fois. Un public aussi, c’est timide ; un public aussi, ça a besoin de temps. Eux, en face, parviennent enfin à lever la tête et sourient plus fort. Nous aussi. Voilà, on se connaît un peu à présent. C’est joli. Vraiment joli.

Fin du set, avec une reprise de Neil Young en guitare Folk et Batterie, rien que pour nous :  » Pour dire merci « .
Merci aussi, les Girls in Hawai. Très bel album, on va sauter dessus. Et rendez-vous à l’Olympia le 7 mai.
 
http://www.girlsinhawaii.be/
http://www.myspace.com/girlsinhawaii

  

Article publié sur Le-HibOO.com

Publicités

Une réflexion sur “Girls in Hawaii : enregistrement de l’album de la semaine

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s