Reveillon du nouvel an avec Rufus Wainwright

« On News Year’s Eve, Belinda Carlisle and Rufus Wainwright will sing classic French cabaret songs and more accompanied by a Parisian band and dancers in Los Angeles, Walt Disney Concert Hall »

Et j’y allais. Finalement.
Dans l’apres-midi, a MCTbold Management, Helena avait pris le relais de Paula qui jusqu’ici s’etait demenee depuis le moyen-orient et m’avait rappele deux fois. La premiere pour nous dire qu’elle avait aussi deux places pour ma soeur americaine et son mari mais pour la representation de 19h. La deuxieme, pour dire que puisque nous n’avions besoin que de deux billets (Kristy avait du abandonner faute de baby-sitter disponible un soir de reveillon), elle avait pu nous en obtenir deux pour le concert de 22h30 a retirer a l’accueil en arrivant. Elle me propose de m’envoyer toutes les informations par mail et, comme je lui demande des nouvelles de Barry (il est le seul du staff management que j’ai reellement rencontre), me dit qu’il sera justement a Los Angeles ce soir et le met en copie. Je reponds en remerciant tout le monde mille fois, et en ecrivant a Barry que j’espere le voir au concert.

Kristy ne me parlait que de Belinda Carlisle et du groupe au sein duquel elle se produisait dans les annees 80, les « Go-Go’s ». Son nom ne me disait rien de rien, soit; mais aux Etats-Unis apparement elle etait quelqu’un ! Il s’est avere qu’elle vivait en France depuis 1994, et venait de sortir un album de reprises en francais, d’ou l’idee de ce concert du nouvel an qu’elle avait voulu tout en francais egalement. Elle avait propose a Rufus, francophone et auteur de plusieurs chansons dans sa langue de predilection, de l’accompagner.

Le Walt Disney Concert Hall, comme son nom ne l’indique pas, est situe au coeur de Los Angeles et non dans l’enceinte du parc Disney Land. L’architecture, tant exterieure qu’interieure est a la fois somptueuse et tres moderne.

A l’accueil, une surprise de taille nous attendait. Car la femme qui, au guichet, nous remet les places, nous dit : » So here are your 2 tickets to the show and your all-access pass ».
Boum. « Your all-access pass ». Boum Boum. Presque, je lui ferais repeter. Boum Boum Boum. Personne n’a jamais mentionne un acces back-stage. Et moi qui fait toujours de mon mieux pour laisser penser que ce genre de choses n’a rien de veritablement impressionnant, j’avoue que j’accuse le coup. Je pense que je n’ai rien amene, que je n’ai rien a lui dire, que je vais me sentir tout sauf a ma place, que ca etre horrible enfin bref, panique a bord.

Je reprends mes esprits et nous allons nous installer. Le public est plutot beaucoup plus age qu’un public habituel de concert. Les dames du troisieme age deambulent dans les allees en manteau de fourure et mise en plis, et devant nous un vieux monsieur au fort accent russe se racle la gorge et tousse bruyament. On voit chez les jeunes femmes deux ou trois robes longues mais l’ensemble est relativement decevant pour une soiree du nouvel an dans un pourtant si bel ecrin.

L’orchestre nous accueille par un long instrumental. Puis Belinda Carlisle fera son entree sous un tonnerre d’applaudissements. Je suis etonnee de la voir. Au vu de la taille respective de leurs noms sur le ticket, je m’imaginais Rufus faire une premiere partie et debarquer a sa place.
La belle a beau approcher les 50 ans (qu’elle atteindra cet ete), vue de mon siege elle en fait bien 15 de moins. Ses cheveux sont tires en arriere et noue en un chignon de danseuse etoile qui met en valeur son tres beau visage. Elle porte un ensemble noir fluide haut et pantalon plutot plus decontracte qu’habille. Elle est tres sympathique mais je suis tout sauf objective et je n’attends que Rufus tandis qu’elle nous sert une pale copie de nos plus grands chanteurs avec un accent qui rend les paroles incomprehensibles. Elle reprendra notamment « Sous le Ciel de Paris » (Hubert Giraud, Jean Drejac), « La Vie en Rose » (Édith Piaf, Louiguy, Mack David) et pire encore « Avec le Temps » (Leo Ferre), qu’elle massacre avec application, de mon point de vue. Mais dans la salle des fans sont venus et hurlent « on t’aime Belinda » tout en applaudissant copieusement.  » You know you are a sad fan when… » Mouais. On y est.

A ma grande surprise elle ne chante pas si longtemps, et apres un excellent intermede instrumental de Django Reinhart, Rufus arrive a son tour. Il porte un costume argent qui brille de mille feux et que je ne lui ai encore jamais vu, une chemise blanche a jabot, et ses eternels sabots. 
Il entame sa partie avec « Leaving for Paris » qu’il va, et j’en suis bien fachee, finir par me faire aimer. Son jeu de piano est simplement excellent, les arrangements l’embellissent absolument, et il tient la note finale (« Good Byyyyeeee ») si longtemps que j’en ai le souffle coupe. Je parviens a voler une photo mais guere plus car une femme est assignee a ma rangee avec la mission divine de surveiller les appareils photos. Elle fait si bien son « job » je n’ai meme pas pu prendre l’interieur de la salle a mon arrivee…
Il enchaine avec « la complainte de la butte » puis « Moon over Miami », accompagne d’une amie francaise qui vit a Los Angeles depuis qu’elle est enfant « mais est restee aussi francaise que possible » nous assure-t’il. La jeune femme a une bien jolie voix, mais bien trop douce pour ne pas se laisser ecraser par l’image d’une Martha qui nous manque bien dans ces moments-la…

Vient ensuite un moment de pur delire avec une chanson quebequoise pendant laquelle il veut faire participer les spectateurs. Sacre challenge puisqu’il s’agit de repeter chaque phrase alors que les paroles sont en francais et que des francais, a part nous et deux musiciens, la salle ne doit pas en compter des masses. Il en faudrait plus pour le decourager. Il se met a raconter en anglais toute l’histoire de la chanson (C’est une petite vieille que l’on a place a cote d’un jeune homme qui lui dit : « desole je n’epouse pas les vieilles », etc …); tout le monde se tord de rire. Le moment est genial. J’ai des preuves que je vous reserve pour un peu plus tard (mais pas de video malheureusement).
Il continue a amuser la galerie en presentant « Minuit Chretien » dont l’auteur « a ete excommunie ». Tout en profitant de l’occasion (ben oui, a propos d’excommunion) pour la dedier a Jorn, « mon boy-friend qui est dans la salle : I love You Jorn ! ». Et bing, un peu de politique sans avoir l’air d’y toucher. Bien vu !
Rufus est un amuseur, un militant, mais aussi et surtout un fantastique artiste. Son « Minuit Chretien » est epoustoufflant. Il a une voix tellement incroyable que j’ai l’impression d’etre comme Julia Robert a l’Opera de Pretty Woman. Sa voix remplit l’espace et nous remplit aussi. Je suis toujours etonnee de ces instants, qui restent rares et d’autant plus precieux, ou une voix nous fait gonfler la poitrine a nous donner l’impression d’exploser, ou une intensite dans le chant nous fait frissonner et se dresser les poils sur tout le corps.
Apres ca plus grand chose n’a d’importance.
Rufus est ensuite rejoint par Belinda pour une reprise de « Bonnie and Clyde » en amateur, suivie d’une chanson en anglais, peut-etre l’une des siennes cette fois.

Puis ils quittent la scene et cedent de nouveau la place aux musiciens (excellents tout au long de la soiree, avec mention speciale pour le pianiste probablement connu si on juge selon l’applaudimetre) avant de revenir, pour le decompte des douze coups de minuits. Un feu d’artifice de rubans argentes explose alors dans le theatre.
Un autre rappel en chanson me laissera le souvenir des deux complices rythmant la musique de deux petites cuilleres qui s’entrechoquent. Cute. Au final, chacun se mettra a genoux devant l’autre pour lui retirer ses chaussures, toujours en musique facon strip-tease !

Un peu plus tard, nous voici dans la « Green Room », le coeur battant. Notre nom est bien sur la liste. Et oui c’est vrai,  c’est assez grisant. Nous croisons Belinda qui s’enfuit deja, mais aussi Jorn et Chris Stills. Barry nous accueille tres gentiment et ne nous laisse pas en plan. Il va nous presenter a Rufus et lui dit que je suis celle qui, apres le concert de Judy Garland a l’Olympia, avait dit a tous qu’il y avait mis tout son coeur, peu importe qu’il ait ete malade ou non. C’est tres gentil a lui, voici le genre de choses qui n’arrive pour ainsi dire jamais dans la vie. La conversation part la-dessus pendant un moment. Rufus me demande si j’habite ici ou a Paris. Je lui dis que je l’ai deja rencontre plusieurs fois mais visiblement ma tete lui reste inconnue. Il demande si nous avons aime le concert. Je lui donne mes impressions sur « Leaving for Paris », Martha qui nous manque dans les choeurs et combien il a ete bouleversant sur « Minuit Chretien ». Je lui pose des questions sur son projet d’album en francais et de Cabaret a Los Angeles. Il repond qu’il va se reposer un peu pour le moment. Se reposer, allons, mais il ne sait pas faire !!! Il en convient en riant. L’ambiance est tres detendue. Il y a peu de monde, une vingtaine de personnes en tout. Je n’ai jamais vu Rufus aussi en forme a vrai dire. Il est bien plus mince qu’il ne l’a ete de toute l’annee, c’est saisissant. Il est juste resplendissant. Nous nous souhaitons la bonne annee, et puis bon, nous sentons qu’il est temps de nous eclipser. Nous faisons une traditionnelle photo. Tant pis si la fierte en prend un coup, apres tout, il s’agit d’une soiree exceptionnelle ! Et une fois de plus la preuve est faite qu’il penche plus du cote des hommes que des femmes ;-)) 

Voila comment on passe le reveillon du nouvel an avec Rufus Wainwright, a Los Angeles, Californie … Le truc incroyable …
Je me pince encore en ecrivant tout cela !!!

Publicités

8 réflexions sur “Reveillon du nouvel an avec Rufus Wainwright

  1. Et moi je me pince en te lisant !
    Je suis si contente pour vous 2. Je regarde cette photo de vous 3 (la fierté? tu plaisantes!) et je n’y crois pas…
    Je suis très fière de toi!
    Bravo au MCT management! Ce sacré Barry ne t’a pas oublié hein ? Il t’a très bien présenté à Rufus en tout cas!
    J’ai des tas de commentaires à faire et plein de questions à poser mais je me « limite » à qqs détails :
    – tu commences à aimer Leaving for Paris, tu en es fâchée et bien j’en suis ravie!
    – Rufus, se reposer, pfffttt… il suffit de regarder son agenda pour 2008. On le reverra certainement, il passera en Europe du nord en avril et 2-3 dates circulent pour le Royaume Uni en septembre, youpi!!! monsieur doit faire de l’argent (est-ce qu’on devra payer 60€ pour un concert solo?) avant de se retirer et composer Prima Donna.
    – la chanson québécoise, c’était Rastaplan ? il l’a interprété au café de la danse http://www.youtube.com/watch?v=U-YTGIh6IK0
    – le délire chaussures-strip, est-ce qu’il l’a introduit de la même façon, typiquement rufusienne, qu’au show précédent ;))) —> extrait lu sur le forum : « Belinda said her feet hurt in high heals, so Rufus said he’d take them off. they did a big dramatic bit, with Rufus slowly unlacing her shoes, etc. – and afterwards he proclaimed he was now straight – « call my mom! ».  »
    – vous avez eu le grand privilège d’entendre « Minuit Chrétien », c’est rare… je peux comprendre ta réaction… *soupir*
    etc
    Merci de partager ces moments et surtout très bonne année 2008.
    Bises
    Eline

    J'aime

  2. Alors, mon Isa, tu fais fort, très fort !! Débuter la nouvelle année ainsi. Mon petit doigt me dit que 2008 sera une grande année pour toi.
    Plein de bizouilles
    Valy

    J'aime

  3. J’y crois pas !!!! La chance (enfin tu l’as bien méritée faut dire) Et bien puisque je ne l’ai encore fait nulle part, je te souhaite une année 2008 à l’image de cette soirée !!!! Une année exceptionnelle donc !!!

    Bisous veinarde !!!

    J'aime

  4. Si avec ça 2008 n’ est pas exceptionnelle ! Tu sais quoi ? je suis bien contente pour vous, c’ est génial !
    Des grosses bises et une super année.

    bbmm

    J'aime

  5. eh bien dites moi! « Mazette! » comme dirait ma grand mère.
    Je suis super content pour vous deux…le piston c’est quand même bien des fois.
    Enfin après tout l’argent que tu as fait gagner à Rufus avec ta comm’ c’était mérité!
    Bonne année alors chanceuse.
    je t’embrasse très fort depuis mon canapé
    mouahh!
    Amaury

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s