Soirée d'ouverture Paris Plage 2007

P1040107

Assise au soleil, les doigts de pied en éventail, je pensais vendredi en sirotant ma boisson fraiche que j’avais dit à une amie, résignée, de prévoir les bottes de pluie pour l’ouverture de la 5ème édition de Paris-Plage.

P1040121

Le 1er concert commence à 17h, et il n’y aura pas de retard cette année. A la scène belge qui avait lancé les festivités l’année dernière succèdent les indé français soutenus par la Fnac, et c’est aux tous jeunes membres du groupe Cocoon d’ouvrir le bal. Pop-folk mignonette chantée en anglais, Mark à la guitare et Morgane aux claviers sont tout-sourire et jouent devant un public très loin d’être dense mais néanmoins présent. Trente-cinq minutes plus tard, ils quittent déjà la scène et reviendront pour un petit rappel. Je n’ai rien à leur reprocher sinon leur côté un peu gnan-gnan, l’une de mes amies me regarde d’un air exaspéré lorsque je lui dis ce que j’en pense. Bon, il en faut pour tout le monde.

P1040270

Daphné viendra en 2ème position, à l’heure dite. Le bouche à oreille m’avait déjà apporté quelques échos, suite notamment à sa prestation remarquée en première partie du génial canadien Pierre Lapointe. Certains l’avaient trouvée impressionnante, d’autres, sans dénigrer son set par ailleurs, l’avaient trouvée fort peu sympathique. A vrai dire je n’ai fait que confirmer la 1ère de ces impressions. La voix, surtout, était puissante, et le style de musique, à ma grande surprise, a pris des accents de Bjork à de nombreuses reprises. A creuser.

P1040206

Le temps d’installer les instruments et c’est Bertrand Belin qui la remplace. Bertrand Belin que j’ai bien du mal à reconnaître depuis son show case Fnac d’il y a … (zut, c’était quand déjà ?). A l’époque il était seul avec sa guitare acoustique et j’avais plutôt le souvenir de ses histoires imagées. Je l’avais donc classé sans regrets dans la catégorie « nouvelle chanson française », de celle qui accorde plus d’importance aux mots qu’à la musique et qui, de ce fait, ne m’intéresse guère. Pour les mots, ne vous en déplaise, il y a les livres, merci bien. Mouais. Sauf que là, avec ses musiciens, il assurait drôlement Monsieur Belin, que sa voix était belle, chaude et particulière (enveloppante aussi, tiens !) et que tout ça était hyper pro, assez impressionant ! Quant à la musique pardon pardon, elle est belle et bien là, soul jazzy, pas forcément le style que j’aime le plus mais tout de même : je m’incline.

P1040201 Miam !

C’était drôle aussi, de se souvenir d’un type assez peu sûr de lui, presque timide, alors que sur scène il avait désormais cette morgue de ceux qui s’en sont pris plein la tête et ont décidé malgré les coups de se tenir droit. Je ne sais pas, je peux parfois détester ces attitudes proches de l’arrogance; j’ai pourtant adoré la sienne. Hum, en y réfléchissant bien, je crois que j’ai même été un peu séduite… Une nouvelle fois, il va me falloir creuser un peu plus sans doute.

Les copines

Pour Tété, j’avais pris mes quartiers d’été à 100 mètres de la scène. A ma décharge, il est déjà 20 heures et cela fait trois heures déjà que je suis debout. L’emplacement est idéal, un peu surélevé, et les fauteuils et tables bases entourés de parasols bleus posés sur l’herbe qui jouxte la Seine donnent au décors un air de province en vacances.

 P1040335 Un « bateau »

On sirote des boissons fraîches en papotant, on commande des salades (des frites aussi !), et comme dirait mon amie MHF, « on regarde passer les bateaux ».

L’endroit respire la détente absolue , il fait toujours beau, c’est le pied !

Tété

Je ne regrette rien de toute façon, de là on voit et entend tout, et la presta de Tété, dont je n’apprécie déjà pas le style de musique, est très en dessous du rendu studio, voire désagréable à l’oreille au début du set (façon élégante de dire qu’à mon oreille, cela sonnait carrément faux).

P1040332 La foule est tellement dense à présent qu’il m’est impossible de faire machine arrière pour m’approcher des très attendus Aaron. Je fais partie des rares irréductibles qui résistent encore au phénomène. Je n’ai pas vu « je vais bien ne t’en fais pas », dont U-turn est extrait de la BO et qui a lancé le groupe. On me dit d’un air agacé que forcément, je ne peux pas comprendre, qu’avec le film « c’est vachement beau ». Pour tout dire, j’y suis peut-être allée un peu fort en disant que ce truc finalement, c’était de la soupe pleurnicharde pour midinette. Mais ce dont je me souviens, moi, c’est d’être tombée sur la vidéo sur myspace en me demandant si ça n’était pas un gag et si ces gars là, avec leur air ridiculement tragique, n’avaient pas un peu trop fumé la moquette. Une prestation ratée plus tard (devant la caravane de Ray Cox au printemps de Bourges, ils faisaient un peu  »imposteurs »), mon opinion était définitivement faite, contre le consensus général, et après tout merde, on n’est quand même pas obligés de tous aimer la même chose.

Mais tout est contre moi on dirait : un peu plus tard au concert des Daft Punk, j’apprends qu’un copain a été à l’école avec Simon … Pffff. Ah ouiiii, et après ? Genre ça va m’attendrir, genre ça a un rapport avec le fait qu’ils fassent de la bonne musique ou pas. Mine de rien je suis faible et comme j’aime mes amis (et que souvent quand même, j’aime un peu ce qu’ils aiment), j’ai beau bougonner dans mon coin, je suis okay pour leur laisser une autre chance (ça c’est en dedans de moi-même, à mes amis je ne dis rien, pis d’abord, je suis fière). Là de toute façon je ne me compromets pas, je fais la fille qui voit ça de loin, d’un oeil distancié, affalée sur sa presque-chaise longue et à mille km des groupies entassées comme des sardines là bas devant la scène.

P1040343

Le set commence et hum bon okay, ça fait moins artisanal que ce que j’avais vu sur France 4, d’abord le piano sur scène est un vrai cette fois, et tout de suite, ça vous pose un musicien. Ensuite le Simon justement, il a l’air d’être à fond dans son trip (j’ai toujours un faible pour ces gens-là, on le sait). D’accord, on se demande ce qui l’aide à se mettre dans des états pareils mais après tout, ça le regarde. Ses petites danses barrées sont bien chouettes à regarder en tout cas ! Autre bon point, il chante juste, et il parvient à capter l’attention de la foule des badauds à présent compactée en une audience hypnotisée. Enfin ah bah, c’est d’accord, j’essaierai de l’écouter en entier ce fichu disque  …

P1040363 Finalement j’ai pu approcher vachement près du piano d’Aaron. Bête qu’à ce moment là, ils n’aient plus été sur scène …

Allez, bon vent, et soyez gentils : épargnez moi vos commentaires triomphants ;-))

PS : Ce que c’est beau Paris en bord de Seine, au coucher du soleil …

P1040325 P1040352 P1040359 P1040374

Publicités

4 réflexions sur “Soirée d'ouverture Paris Plage 2007

  1. J’aurai des droits d’auteur !!!
    C’est vrai c’était bien agréable tout cela…
    (Ce n’était pas Bertrand avant Daphné ??? Où on avait déjà bu trop de menthe à l’eau ?)
    Bisessss

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s