Les MileStone à la Flèche d'Or – 23 05 2007

Rien que pour vous permettre de découvrir ce qu’ils valent sur scène !

I made this MySpace Music Player at MyFlashFetish.com.

Après ma rencontre avec le grand Fred puis avec Philippe, au Pop In, en début de mois, ce sont Léonce (qui nous accueillera le premier) et Julien (un autre adepte de Rufus !) dont j’ai pu faire connaissance à la Flèche d’Or ce mercredi 23 mai. Tableau complet, et un vingt sur vingt pour l’authenticité, la gentillesse, la sincérité et la généreuse simplicité du groupe tout entier. Attention, simple ne veut pas dire simpliste, et de ma part je vous assure, c’est un compliment rare. Surtout lorsqu’il est quadruplé : là cela tient carrément du miracle !

La soirée partait gagnante de toute façon, puisque l’adorable Laetitia grâce à qui nous devions tous cette découverte était venue d’Aix en Provence pour les voir enfin sur scène, après un an presque jour pour jour de contacts virtuels. Il y aurait peut-être des pros dans la salle, mais ce qui les impressionnait les MileStone figurez-vous, c’est qu’ELLE soit là pour juger de leur prestation en live. Comment, d’entrée, voulez vous ne pas être conquis par ce genre de remarque ?

Les MileStone jouent finalement à 21h (au lieu de 23h, et c’est plutôt une bonne nouvelle) après un premier groupe (Lug-na) bien sympa dont nous regrettons de ne percevoir que quelques brides depuis la salle de restaurant où nous sommes attablés. L’horaire leur est favorable, et la Flèche d’Or est à présent très raisonnablement remplie.

Le groupe commence son set avec « Preacher’s Run », leur « morceau parfait », et c’est parti pour trente-cinq minutes de bonheur. Bien trop court, puisque cinq formations jouent ce soir, mais bien assez pour convaincre néanmoins ! Le concert, vu la taille des deux salles, est moins intime qu’au Pop-In. Philippe, le leader, dodeline de la la tête façon ThomYorke (et oui, toujours); il a aussi les yeux plus souvent fermés. Même si n’importe qui ayant croisé son regard sur scène ne peut que le regretter un peu, cette moindre proximité avec le public va néanmoins lui permettre de se libérer davantage et de nous entrainer plus loin encore. … De morceau en morceau, l’intensité va croissant, pour se terminer en apothéose par un « United Idiots » efficace en diable et surtout un « Oh Dear » crescendo et épique comme j’aime. Pour cette dernière, plus de sept minutes d’une musique inspirée, couplée à la voix magnifique d’un Philippe habité qui nous quitte sur des râles torturés qui me ravissent (on ne se refait pas, j’adore les hommes qui souffrent ^^). Plus de sept minutes qui me laisseront enthousiaste et sur les genoux.

C’est fini, et j’en aurais bien repris plein les oreilles. Je suis de fort mauvaise humeur je l’avoue, d’autant que SIRE qui leur succède sur l’estrade est la parfaite illustration de tout ce que je déteste, leur exact contraire : prétention, looks, attitudes et musique surjoués, le degré zéro de la finesse. Au casting de la pub pour la vache Kiri, ceux là auraient remporté haut la main le rôle du « TROP LOURD ». Je choisis de fuir l’insupportable bruit et je protesterais bien auprès de la direction pour que reviennent mes petits MileStone. Las, je vais finalement noyer mon chagrin dans quelques bières dans le « jardin ». Pas bien je sais, mais j’ai zappé les deux groupes suivants du coup.

Je me retrouve bien embêtée plus tard pour donner à Fred la liste des justificatifs physiques qui m’ont fait plus tôt le comparer au célèbre Yeti, il est tellement adorable que je ne sais plus où me mettre. Je m’en voudrais vraiment de l’avoir peiné (si c’est le cas pardon pardon pardon Fred !). Des gens comme ça il est bien interdit de leur faire du mal… Le même Fred me dit que la salle a aimé apparemment, qu’ils reviendront peut être en juillet. Léonce, le communicateur du groupe, a l’air résigné : »ah là là, il ne devrait pas dire ça ! On n’en sait riennn encoooore ». Bah oui mais moi j’adore ce genre de spontanéité, ça me fait fondre 🙂 Phillippe auprès de qui j’avais déjà protesté la dernière fois de ne rien pouvoir leur acheter m’achève en m’offrant leur EP. Leur gentillesse à tous me laisse bien désarmée …

Puis le lendemain, alors que je sors le disque de mon sac, c’est le coup de grâce : sur un coin de la pochette, en haut à droite, les MileStone se détachent ….sur la baie Sainte Anne, devant le château de Costaérès … à Trégastel !!!! Mon Trégastel à moi !!!!

Il n’y a pas de hasard …

http://www.milestone-web.com/ et http://www.myspace.com/milestoneweb

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s