Pierre Lapointe …Tombé dans ma tête

 

Je suis bien désolée, je vais vous embêter en mettant beaucoup de texte. Pour une fois cela ne va pas me prendre trop de temps, parce qu’il va s’agir de deux simples copier-coller.

Simplement, sachez que la tartine que je vous impose là est à la hauteur de l’immensité de mon regret de ne pas être allée voir ce petit gars là. Lequel passait pourtant deux soirs de suite à Paris la semaine dernière.

Parfois je me frapperai devant la stupidité absolue de certaines de mes décisions ….

 

Article de Télérama

http://www.telerama.fr/musique/M0608281055071.html

L’univers nébuleux de ce bouillonnant ciboulot va chambouler les amateurs de chanson française. Venue du Canada, une révélation “mauditement” bonne.

Bobby, tu n’es plus tout seul. Tu étais l’unique Lapointe de la chanson française. Eh bien, c’est fini, il va falloir compter avec un autre Lapointe, Pierre Lapointe, un petit gars qui nous vient du Canada, de la province ouatée de l’Outaouais, au sud-ouest du Québec. Là-bas, les critiques disent de lui qu’il est « l’étrange et bel enfant de Thom Yorke [Radiohead] et de Barbara », que c’est le chanteur qui « pogne » (qui monte). Nous, si on exagérait, on dirait que Pierre Lapointe est ce qui est arrivé de mieux à la chanson depuis bien longtemps. Alors exagérons.

Et partons à sa rencontre, à Montréal où il vit désormais, avec une curiosité mal dissimulée. Parce que c’est bête à dire, mais on n’a jamais été aimanté de la sorte par de petites chansons bancales. Un truc puissant, très puissant. Si c’était un poison, il provoquerait une mort subite, du plus pur style Catherine de Médicis. Qu’est-ce qui nous met dans cet état ? Cette poésie tranquille dans l’écriture, traversée par l’ironie du désespoir. Au royaume baroque de Pierre Lapointe, on fréquente des endroits aussi riants qu’un columbarium ou que l’adolescence. On croise de langoureuses femmes à barbe, un hermaphrodite surnommé la reine Emilie, des octogénaires s’adonnant au plaisir de la chair… Ses chansons, même les plus vaporeuses – ni couplets ni refrain –, revêtent assez vite l’évidence et la familiarité des standards, arpèges éternelles et cordes rutilantes. Elles nous font l’effet d’une valse électrique, qu’on danserait pieds nus dans l’eau.

Le tempo désuet à trois temps du premier album de Pierre Lapointe, sorti en 2004, lui donnait déjà ce côté intemporel dans un monde douloureusement binaire. Car M. Lapointe, figurez-vous, en est déjà à son deuxième disque, La Forêt des mal-aimés. Le premier à paraître en France. Plus peps que le précédent, La Forêt des mal-aimés, d’un raffinement inattendu, mêle chanson, pop, électro. Qui est donc cet olibrius iconoclaste, trop esthète pour être québécois (désolé pour le cliché), auteur d’une chanson parfaite (Au 27-100 rue des partances), capable, sur scène, du haut de ses 25 ans à peine, de mettre son public en lévitation ?

En vérité, Pierre Lapointe a 1 000 ans. Il cogite non-stop, mouline tellement depuis l’enfance qu’au total cela ne doit pas faire loin d’une éternité qu’il mature. « Petit, j’étais triste, renfermé sur moi-même. Je trouvais la vie extrêmement longue. En réaction, je me suis dit que j’allais me faire une existence hors norme. C’est ça. » Un défi pas facile à relever quand on s’imagine en Jell-O (ce dessert gélatineux américain) qui réagit au moindre tremblement, quand on est hypersensible : « Ma mère, qui passait une licence en arts plastiques sur le tard quand j’étais enfant, laissait traîner sur la table des livres d’images. Un jour, je découvre une robe Saint Laurent des années 60 avec des motifs du peintre Mondrian. Logiquement, j’associe ces motifs aux années 60. Or, dans un autre livre, j’apprends que ces motifs datent du début du XXe siècle ! Et là, j’ai eu un choc, je ne dormais plus, une excitation totale, quatorze émotions en même temps. Ça s’est aggravé avec les chaises Art nouveau de ma tante ! C’est ça. J’étais fasciné par l’objet nouveau qui était vieux. » L’objet intemporel, comme son premier album.

En plus de « C’est ça », il dit souvent : « J’ai réalisé que… », « J’ai compris à ce moment-là… ». Quoi donc ? Qu’on peut être touché par une œuvre même si on ne la comprend pas, comme quand il découvre tout jeune La Symphonie pastorale, de Brigitte Fontaine ; que les œuvres d’art sont là pour provoquer une réaction, grâce à Marcel Duchamp et au Bauhaus – enseignements qu’il s’applique à transposer aujourd’hui en musique, à sa manière, en faisant un lien entre pop et avant-garde. Telle une éponge, le petit Pierre s’imprègne de tout ce qui bouge, fréquente assidûment le Centre national des arts d’Ottawa, où il découvre les mises en scène « assez sautées » de Robert Lepage, passe son temps au musée des Beaux-Arts. Il occupe sa solitude, à tarif réduit, dans les institutions culturelles. Sauvé, ou presque.

A l’école, ce n’est pas brillant. « Les matières concrètes étaient trop abstraites pour moi. Et tout ce qui était aérien était facile. Heureusement, je suis tombé sur les bonnes personnes car j’étais trop éparpillé. » Eparpillé, comme quand il entreprend de vous parler de cette prof tellement importante du secondaire, du spectacle de Noël au Cégep (lycée) de Sainte-Hyacinthe si marquant – « C’est ça », répète-t-il encore comme une béquille, et nous, on est paumé, oui, on n’y comprend plus rien, entre les prix, les bourses, les machins, j’allais devenir comédien même si je m’appliquais surtout à faire mes lignes (là, il veut nous dire qu’il dessine). « A 18 ans, j’ai décroché émotionnellement à cause d’un trop-plein d’informations. Je ne savais plus ce que je voulais faire alors que, quatre ans plus tôt, j’étais arrogant face à la vie. Je suis retourné chez mes parents et je me suis mis à pleurer en regardant le lac Saint-Jean. » Là, au moins, c’est clair.

Heureusement, plus jeune, vers 11-12 ans, Pierre Lapointe est tombé amoureux de son piano, une « caisse de résonnance », qu’il se met en tête d’apprivoiser. « Je jouais la même note, je tapais sur la même touche pendant vingt minutes pour voir ce que ça donnait mécaniquement. Je trouvais des tournures de musique qui m’appartenaient. J’ai commencé à conclure un pacte avec mon cerveau : comme un jeune délinquant qui tombe dans la drogue, je me suis autodétruit en tombant dans ma tête. Je me suis dit : je n’écris rien sur papier, ce qui est bon va rester. Et réapparaître avec le temps. Je joue aujourd’hui sur scène des airs que j’ai composés il y a douze ans. »

Dans L’Energie spirituelle, Henri Bergson écrit déjà, en 1919 : « Je crois que notre vie passée est là, au-dessous de la scène illuminée de la conscience […] et que tout ce que nous avons perçu, pensé, voulu depuis le premier éveil de notre conscience persiste indéfiniment. » Selon les neurobiologistes, l’hippocampe, qui aurait un rôle majeur dans l’encodage et la restitution des traces musicales, serait très développé chez les musiciens. En plus d’un agité du bocal, Pierre Lapointe serait-il un boursouflé du cortex ? A l’observer attentivement, on s’aperçoit qu’il a une bonne bouille hydrocéphale, impression renforcée par un corps longiligne. Il nous avoue que son cerveau « fait des bulles », que son tympan émet des sons quand il assiste à un spectacle qui le réjouit – ce qu’on appelle, en langage savant, une « autoémission », « résultat d’une excitation des cellules ciliées externes » de l’oreille, explique Bernard Lechevalier dans Le Cerveau de Mozart (1).

Discuter avec Pierre Lapointe est une expérience troublante. Il peut vous emmener très loin visiter les « palais de la mémoire » tels que les imaginaient les orateurs antiques, vous entraîner dans les profondeurs inconnues du cerveau lors d’un voyage dans les mystères de la création. En l’écoutant, vous vous sentez comme le personnage de Jim Carrey dans le film de Michel Gondry Eternal Sunshine of the spotless mind, qui tombe dans les abîmes de la mémoire. Alors, quand il se lève pour fermer le robinet d’eau laissé ouvert par le serveur du petit café montréalais où se déroule l’interview, on se demande si c’est par crainte de se laisser emporter par un flot d’idées trop puissant.

Se laisser déborder, engloutir sous les eaux sombres de l’imagination, cet obsessionnel en a l’habitude. « Pour Pointant le nord, j’ai répété la première phrase pendant deux heures. La deuxième est arrivée. Mon corps a fini par appeler une autre phrase, et ainsi de suite. Dans cet état d’hypnose, j’ai “vu” ce jour-là la musique. J’avais une sensation de béton et m’est apparu un graphique clair, avec des lignes ordonnées. Il manquait quelque chose pour fermer ce graphique, une croix. Il y a un accord de ré mineur qui apparaît une seule fois : c’est cette croix. » Rassurez-vous, qu’un compositeur ait une représentation architecturale de son œuvre est quelque chose de courant. « Une chanson, plus que des notes, est une construction d’émotions dans l’espace. »

Sur scène, Pierre Lapointe met en pratique ses petites observations élevées au rang de lois universelles. « En spectacle, je flatte le public pour le frapper ensuite. J’essaie de jouer avec ses émotions, sans qu’il comprenne ce qui lui arrive. C’est ça. Au début, où je jouais un personnage très drôle, très baveux [traduisez arrogant] en concert, les gens riaient. Du coup, la chanson suivante, triste, les affectait terriblement. »

Et ça marche. Tel un sorcier de la pop, Pierre Lapointe peut, en concert, vous mettre dans un état proche de l’Ohio, prendre le contrôle de vos émotions. Houston, on a un problème ! « J’ai un pouvoir de manipulation, dit-il très simplement. Je réussis à déstabiliser les gens et à les amener où je veux. » Avec ses quatre musiciens de haut vol, il parvient à conjuguer le meilleur des deux mondes – le tour de chant à l’européenne, le show décomplexé à l’américaine – pour concocter des spectacles, finalement très ancrés dans une lignée québécoise, de Robert Charlebois à Diane Dufresne. Vous voilà absorbé par sa présence physique, sa voix puissante, son accent travaillé (dans la réalité, il est très québécois), ses paroles littéraires même s’il dit ne pas être littéraire du tout : « En fait, j’ai une mémoire auditive. Ma culture littéraire, c’est le théâtre. »
Dans dix ans, Pierre Lapointe voudrait réaliser un album pop d’avant-garde comme Melody Nelson, être l’égal d’un Beck ou d’une Björk. Inutile toutefois d’attendre autant pour profiter de son irrésistible talent dont La Forêt des mal-aimés, gros succès critique et public au pays, est un témoignage franchement bluffant.

Les meilleurs moments de sa vie, Pierre Lapointe dit les avoir passés pendant les vacances de son enfance, où il s’amusait à parodier des chansons connues avec sa cousine, où il allait voler le linge des voisins à 4 heures du matin avec sa grand-mère. C’est peut-être pour retrouver ces moments d’innocence perdue qu’il se met dans des états « qui n’ont pas d’allure », à la recherche désespérée d’un passé évaporé. Au bout du voyage se dessine l’univers foisonnant d’un chanteur, d’un artiste complet. Qui tire sur notre fibre émotive comme un sale gosse sonnerait les cloches d’une chapelle perdue au plus profond de notre âme. C’est ça.

Jean-Philippe Pisanias (envoyé spécial à Montréal)

(1) Chez Odile Jacob.

A ECOUTER
“La Forêt des mal-aimés” (sortie le 11 septembre, Audiogram), ffff (lire Télérama n° 2929).

Télérama n° 2955 – 2 Septembre 2006

Article de Le-Hiboo.com – Compte rendu du concert du 25 avril

La seule chose que je connaissais de ce jeune homme, c’était sa bouille de beau gosse à la Renan Luce. Le Canada nous a déjà apportait des talents vocaux, mais celui-ci n’a pas d’égal, ni de point de comparaison. Deuxième extraterrestre de la soirée, chanteur, comique (ces petits intermèdes sont des grands moments de bonheur, comme par exemple le “Je n’ai rien contre Céline Dion en elle même, mais par contre ses chansons“) et auteur compositeur de génie. Restez assis le voyage ne fait que continuer, cette fois nous allons entrer dans La forêt des mal aimés. Arrivent les musiciens, puis Pierre Lapointe. Les mal aimés c’est nous, il nous le dit et nous le martèle. Le set commence dans le noir, et se prolongera dans cette pénombre intimiste. Amis photographes amateurs ou professionnels Pierre ne vous aime pas et il le fait savoir avec un humour québécois de rigueur. Il interrompt même une chanson pour désigner un flasheur coupable. Des mots défilent, émanant d’une voix venue d’ailleurs. Les textes ne sont pas d’une grande gaité, mais d’une grande beauté évidente. On pleure parfois quand il chante ; ses mots sont des flèches empoissonnées d’amour. Entouré de trois musiciens touche a tout qu’il raille, mais à qui il offre de beaux moments, partageant avec une Cigale émue un immense talent. Ce soir, ils se sont fixés comme objectif “100% satisfaits”. Mélodies géniales, paroles parfaites, voix exceptionnelle et quand monsieur Lapointe arrive derrière son piano, cela ressemble parfois à du Satie. On ferme les yeux, on se promène, on part loin et quand on regarde autour de soi, on contemple une salle (presque complète) qui est dans le même état. Il y a de la magie sur scène, dans la salle on surprend même un enfant qui s’amuse. Après une standing ovation bien méritée, le magicien des mots et des notes revient au piano pour reprendre quelques unes de nos tristesses. Et puis en one man show, sur son appel enflammé on terminera tous debout et comme il le dit si bien, dans “Deux par deux rassemblés” : “Ce n’est sûrement pas de briller qui nous empêchera de tomber; ce n’est sûrement pas de tomber qui nous empêchera de rêver“ On rêve, on crève. On rit, on pleure. La vie en somme, cumulée avec intensité dans un concert. Concert comparable à un moment d’éternité, à un conte éveillé. Une vraie communion s’est faite entre tous les spectateurs, et en sortant on avait simplement envie de dire “je t’aime”. Paraît-il que Piaf et Brel sont morts, pourtant je jurerais les avoir entraperçus sur scène, ce soir à Neverland …

Publicités

4 réflexions sur “Pierre Lapointe …Tombé dans ma tête

  1. Tu connais cette vidéo ?

    J’aime bien ces trois là. Bon ce jour là, il avait du laisser son « charisme sexuel démesuré » au vestiaire !!! Enfin en même temps c’était pour Télérama alors forcément !!! De glace : c’est ma préférée.

    J'aime

  2. Il était hier au Ninkasi kao à Lyon et ….. j’y étais !!!! Je vais rater Rufus, je pouvais quand même pas tout rater !!! Je te le confirme, tu mérites bien tes baffes !!! tu as loupé quelque chose !!!!

    J'aime

  3. Moi ,aussi je l´aime ! Je crois que c´est tout. Mais, maintenant il y a aussi la Post Pierre Dépression ( en meme temps il nous avait prévenu : on va avoir du mal à vivre sans son extraordinaire charisme sexuel … s´il n´y avait que ca !).

    J'aime

  4. ahhhh, moi ça fait longtemps que je connais Pierre 🙂
    d’ailleurs il passe enfin enfin en Suisse, au Paléo Festival de Nyon!!!!
    il était déjà venu l’année passée pour festival consacré au Québec qui a lieu tous les deux ans, mais j’étais prise ailleurs et n’avais pu aller le voir.
    j’espère que tu pourras te rattraper car il est incroyable sur scène =)

    J'aime

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s