Brisa Roché au café de la danse

 

Après avoir assisté en live à son enregistrement de Taratata, puis à son showcase FNAC, Je vois enfin Brisa sur une « vraie » scène, celle du café de la danse. Sand et Aurèl m’accompagnent, notre dernier concert ensemble remonte à Jack The Ripper il y a presque un mois. Avec l’expo de Marie à midi, je n’ai rien mangé à midi et je tiens à peine debout, nous allons donc boire un verre et s’empiffrer d’un énorme hamburger (enfin, Aurèl et moi surtout !) au Café sixty-six rue de Lappe. Le serveur est adorable, se défonce pour que nous soyons dans les temps, et nous prend même en photo.Nous sommes à 20h pile dans la salle, et il n’y a déjà plus une place Assise ! Tant mieux, car j’avais bien l’intention d’être tout devant. Les filles montent au bar chercher un verre, je m’assieds sur le bord de la scène. Un homme, pull marine et écharpe violette s’approche de moi en souriant : « Bonjour Isabelle ! » Devant mon air d’incompréhension totale (bon sang, mais qui peut bien être ce type que je connais forcément puisqu’il se dirige droit sur moi en m’appelant par mon prénom !), il hésite : « c’est bien Isabelle ? » Merci Jean-Philippe, ta question, assortie du contexte de la soirée, me donne la pièce du puzzle qui me manquait, et je me souviens : je suis en face du manager de Brisa, celui qui l’accompagnait à la Fnac pour son Show Case, et à qui elle m’avait présenté en lui racontant l’histoire de notre presque-rencontre dans cette autre Fnac, le jour de la sortie de son album. C’était il y a un bail, je suis un peu estomaquée tout de même, je lui dis que c’est drôlement gentil qu’il se souvienne de moi après tout ce temps. Il avoue : c’est l’effet mySpace conjugué à celui du fameux T-Shirt Orange ! Décidément, encore une question de visuel. Il me dit qu’il a bien eu mon message m’avertissant que je serai avec deux amies et me dit à tout à l’heure. Je ne pouvais espérer meilleur accueil, je me vois déjà super V.I.P !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les filles reviennent avec leur verre et je leur raconte; nous nous asseyions en tailleur (enfin, pas pour moi le tailleur, rapport à la petite jupe courte que j’ai mis ce matin pour assortir à mes belles bottes toutes neuves) et nous sommes collées à la scène. Oh la belle Brisa ! Toujours aussi splendide, elle arrive à la suite de ses musiciens coiffée d’un haut doré qui la fait ressembler à une reine égyptienne. Je suis immédiatement devant elle, légèrement sur sa gauche, à deux mètres; la scène est très basse, je me demande comment elle vit cette proximité avec le public. Sans doute parce que nous sommes excessivement proches physiquement, tout le monde reste assis dans la petite fosse qui nous sépare des gradins. Brisa commence son set, la voix sûre, sans trembler cette fois; on sent l’expérience accumulée pendant cette année écoulée. Les musiciens sont très pro, et leur entente visible. Il semble loin déjà le temps où elle avait du mal à en trouver pour l’accompagner. Brisa me voit, elle m’adresse son lumineux sourire qui se prolonge jusque dans ses yeux. Je l’ai dit et répété maintes et maintes fois, mais cette fille irradie littéralement de l’intérieur, elle a un charisme exceptionnel. Quelques instants plus tard, elle nous fait signe de nous lever, ce que je suis la première à faire évidemment ! C’est parti ! Pour un festival de musique, de fraîcheur, de petites histoires qu’elles accompagne de son visage expressif et d’une gestuelle généreuse. Je suis étonnée pourtant qu’elle ne parle quasiment pas. J’avais tellement aimé ça lors du ShowCase Fnac. Je jette un regard vers Sand et Aurèl qui ont l’air d’aimer; c’est fou comme j’ai du mal à partager ce que j’aime, comme j’ai peur de la critique, pire que si elle m’était adressée ! Bref, de ce côté je suis rassurée ! J’arrive à prendre quelques photos, même une vidéo d’un morceau du prochain album, et en entier encore ! ! !

Brisa est vraiment géniale sur scène, tellement simple, tellement authentique, comme si elle connaissait les gens dans la salle ! Entre deux chansons, la belle sort sur le côté sans prévenir, à peine quelques secondes, et remonte aussitôt sur les planches avec un grand sourire : «  je vous expliquerai !  ». Une chanson ou deux plus tard elle nous explique en effet. «  Levez les mains ceux qui étaient là l’année dernière au café de la danse déjà  », ceux là se souviennent qu’elle avait fini en larmes, empêchée de terminer sa set-list pour cause de timing : elle avait été trop bavarde ! ! ! Regards complices et amusés avec les coulisses, et elle reprend : «  pas question que ça arrive cette fois !  » et elle se saisit d’une horloge déposée à ses pieds ! ! ! Elle était allée vérifier tout simplement où elle en était, si elle pouvait ralentir un peu, prendre son temps, parler enfin ! ! ! J’adore, avouez qu’il y a de quoi être déconcerté par tant de naturel !

Autre épisode : en fin de compte Brisa a été trop vite, elle peut finalement faire plus de titres que prévu. Elle demande au public de choisir, il réclame «  Coco  », mais le musicien aux claviers proteste, il ne s’en souvient plus. Brisa le charie «  Oh très dur en effet : trois notes !  » et elle les fredonne. C’est parti. Sauf qu’au milieu de la chanson, elle se retourne précipitamment et ouvre les bras vers son musicien : «  solo !  » clame t’elle d’un air triomphant. Mais quand on est musicien de Brisa roché, on a son petit caractère, alors ce dernier proteste, l’air ronchon, sous les applaudissements hilares de la salle qui se régale de ses instants de presque intimité. Il finira par s’exécuter, en jouant faux exprès, pour se venger.

Deux rappels, et le concert se termine. Nous sommes évacués en haut vers le bar. Brisa passe devant moi quinze fois sans me voir. Mes copines n’en peuvent plus de rire et se moquent de moi «  et hop ! Encore un vent !  ». Il y a cent mille personne au moins pfff, je déteste ça ! Je ne sais pas pourquoi, en d’autres temps je serai allée la voir tout de suite, là rien à faire. J’attends qu’elle me voit, ce qui finit par arriver. Elle m’embrasse avec son immense et merveilleux sourire. Se recule et se replonge dans mon cou : «  Ahhhhhh j’adore ton parfum, qu’est-ce que c’est, ça sent trop bon ?!  ». Incroyable cette fille, je me sens complètement stupide et je bafouille pour lui répondre tant cela me renvoie à autre chose de récent (pardon au passage !) et que je m’attendais peut être à tout sauf ça.

On discute, je la félicite pour sa prestation, elle est ravie, elle part à New-York dans quelques jours pour boucler le mixage de son deuxième album et me glisse à l’oreille : «  j’ai un scoop, tu es la première à le savoir, j’ai la date, mon album sort le 13 mars prochain !  ».

J’ose je n’ose pas, brrr, je déteste ça. J’ai l’album d’Anthony Fletcher dans la main, à lui donner. J’y vais, je n’y vais pas. Allez ! Je me lance. Elle a parlé de mySpace et de tous les messages que les gens lui laissaient et qui lui faisaient tant plaisir même si elle n’avait pas le temps d’y répondre; mySpace, c’est l’angle d’attaque idéal ! Je lui raconte Anthony, son «  add  » parce qu’il aime Rufus, toute l’histoire jusqu’à la belle réussite de la Fnac des Halles. Elle est très attentive, adorable. Elle me promet qu’elle écoutera. On parle encore deux minutes, je lui présente les filles que je snobe superbement depuis qu’elle est venue vers moi. Oh my God, pardon les copines, je me trouve affreusement affreuse là, j’ai honteuuuuuuhhhhhhhhh !

Pfuit ! Brisa est déjà repartie.

Nous retrouvons mon frère au bar presque en face. Sand tombe sur une série de cartes postales annonçant le concert de Rufus à l’Olympia, Aurèl discute Dépèche Mode avec mon Xav, on se fait offrir des Pina Colada par son copain au bar (chuuuuuuuuttttttttttttt). Puis retour au métro, ma Sand pas en forme, mon Aurèl qui espère un dernier bus.

Dodo tard tard tard.

Là je suis vraiment crevée ! ! ! !

Publicités

Une réflexion sur “Brisa Roché au café de la danse

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s